Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Cheikh Bamba Dieye : « Demain, la roue tournera et… »



Cheikh Bamba Dieye : « Demain, la roue tournera et… »
« Monsieur le président, je vous ai envoyé une correspondance parce que j’ai déposé un contre-projet. J’avais une question essentielle, nous sommes réunis en séance solennelle aujourd’hui, la question fondamentale, celle-là que chacun d’entre nous doit se poser, c’est de savoir si Khalifa Sall est au courant de cette séance.  Est-ce que les dispositions ont été prises pour que lui-même répondre ? C’est essentiel. Me référant à l’article 79 de notre règlement intérieur, je voudrais rappeler que je soumets un contre-projet à la résolution présentée pour lever l’immunité parlementaire de l’honorable député Khalifa Ababacar Sall. Je demande le renvoi de la question à la commission ad hoc pour un examen au fond jusqu’à ce que les conditions de l’audition de notre collègue soient organisées conformément aux dispositions de l’article 52 de notre règlement intérieur et sa comparution effective parce qu’en réalité nous jouons l’avenir d’un homme politique et les choses doivent valoir leur pesant. Je pense qu’il est extrêmement important si nous voulons donner au reste du peuple sénégalais qui nous regarde et qui nous écoute, la claire conscience que nous sommes mus absolument par l’idée de justice et d’esprit de justice. Aucun d’entre nous n’acceptera dans sa vie qu’il puisse être jugé sans aucune façon et en aucune manière et aucune disposition, il ne lui a été permis de se défendre conformément aux dispositions », est intervenu Cheikh Bamba Dieye.
 
Face aux députés lors de la présentation des conclusions de la commission ad hoc, le proche du maire de Dakar a soutenu que « Khalifa Sall n’est pas un adversaire politique » mais « un des leurs, un député ». Ce, pour dire qu'« il faut qu'on l’on donne les moyens de se défendre ».

« C’est cela le principe de la requête du contre-projet que j’ai déposé à votre aimable attention », poursuit-il, expliquant que « c’est dans le même esprit de liberté (pour lequel) il avait défendu Macky Sall, qu’il est là aujourd’hui ».

« Rien dans ce monde n’est éternel. Toutes les situations sont précaires et révocables. Demain la roue tournera et vous verrez », avertit-il.

« Khalifa Sall est au courant de cette séance parce que c’est dans le rapport. Je réponds Oui », a auparavant réagi Moustapha Niass, le président de l’Assemblée nationale. 


Dimanche 26 Novembre 2017 - 03:17




1.Posté par Ndiaye le 26/11/2017 08:13
Pauvre vindicatif
Dieu est maître de tout

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter