Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Colonel Kebe se révolte: 'L'Etat s'adonne à son jeu favori, l'intimidation et le harcèlement"

Le colonel à la retraite, Dr Abdourahim Kébé n’arrive toujours pas à digérer le fait d’avoir été « refoulé » de l’aéroport de Diass alors qu’il voulait se rendre à Ouagadougou (Burkina-Faso). Pour preuve, il nous a fait parvenir un communiqué où il exprime sa colère tout en jurant qu’il est plus que jamais déterminé à combattre démocratiquement la corruption, l’injustice et l’impunité.



Finalement, le colonel à la retraite Dr Abdourahim Kébé s’est « rebellé » face à ce qu’il qualifie d’intimidation, de harcèlement et de persécution de la part de l’Etat. Sans doute, le fait d’avoir été bloqué à l’Aéroport international Blaise Diagne (AIBD) de Diass et éconduit comme un malpropre l’aurait poussé à exprimer sa colère. Et surtout se défouler sur tout comme l’atteste son communiqué envoyé au « Témoin » quotidien.

Selon l’ancien officier supérieur, l’État continue de s’adonner à son jeu favori à savoir « l’intimidation, le harcèlement, l’acharnement et la tentative de bâillonner toute voix discordante de citoyens qui ne cherchent à s’exprimer qu’au nom de la démocratie et de la liberté d’expression » se désole-t-il. Et l’ancien attaché militaire à l’ambassade du Sénégal aux Etats-Unis d’ajouter que l’Etat s’illustre par des pratiques anti-démocratiques et contraires à l’éthique. « C’est tout le sens qu’il faut donner à l’élimination d’adversaires politiques comme Khalifa Sall et Karim Wade lors des élections présidentielles de 2019 et l’emprisonnement injustifié du patriote Guy Marius Sagna pour avoir manifesté son indignation face à la violence que ce même État exerce sur sa population par manque de ‘yeurmandé’ » enrage Dr Abdourahim Kébé. Et d’en arriver à évoquer son propre cas.

« C’est aussi comment il faut comprendre la traque dont je fais l’objet dans mes activités quotidiennes et qui s’est traduite récemment par mon arrestation à Saint-Louis le mercredi 5 février 2020 suivie de mon interdiction de sortie du territoire national à partir de l’AIBD, le mercredi 12 février. Le soubassement de ces tra- casseries n’est ni policier ni juridique ; il est éminemment politique » soutient le colonel Kébé. Qui, rappelons-le, a fait l’objet d’une inculpation suivie de contrôle judiciaire suite à un post intitulé : « Sénégalais debout! » publié au lendemain de l’élection présidentielle de février 2019.

« Je voulais voir le président mauritanien, un camarade de promotion de Meknès… »
A l’en croire, c’est en tant que simple citoyen soucieux de ne pas voir sa ville à feu et à sang qu’il s’est investi dans la résolution du violent conflit qui opposait les jeunes pêcheurs de Guet-Ndar à l’Etat resté inerte et impassible face à leurs revendications légitimes liées aux licences de pêche mal négociées par le Gouvernement. « Devant le tout répressif d’une police nerveuse et violente, les jeunes étaient décidés à ne pas céder du terrain et avaient réussi à interdire aux forces de l’ordre l’accès au quartier de Guet-Ndar. Après les échauffourées, les casses et les arrestations, policiers et jeunes pêcheurs se regardaient en chiens de faïence de part et d’autre du petit bras du fleuve » rappelle le natif de Saint- Louis. Et c’est au cours de ce long face à face, poursuit-il, qu’il s’est rendu à Guet-Ndar pour parler aux jeunes « qui m’ont bien accueilli, Ecouté et suivi ».
C’est ainsi qu’ils ont accepté, à sa demande, de se démobiliser pour aller rejoindre leurs familles étant entendu qu’ils avaient envisagé de se retrouver le lendemain à 10 heures avec trois à quatre responsables choisis pour exposer tous leurs griefs devant la presse et laisser le soin aux bonnes volontés de faire le reste. « En réalité, ce que je n’avais pas dit, c’est que j’étais prêt à aller moi-même solliciter une rencontre avec le président mauritanien qui est un camarade de promotion avec qui j’ai passé trois ans à l’Académie Royale de Meknès, au Maroc, pour qu’il aide à atténuer la souffrance de mes parents guet-ndariens » révèle le colonel Kébé trois semaines après les violents heurts entre policiers et pêcheurs à Saint- Louis.

« La police m’a brutalisé ! »
Après la dispersion des manifestants, indique-t-il, Dr Ab- dourahim Kébé est parti sur l’autre rive du fleuve où se trouvaient le commissaire central, la toute nouvelle commissaire de l’île de Saint-Louis et les hommes en alerte. « J’ai informé le commissaire central de ma démarche, de la dispersion pacifique des jeunes et de l’état final recherché. Je lui ai aussi fait part du programme pour le lendemain évoqué plus haut et il avait salué l’initiative. Grande fut cependant ma surprise en recevant tôt le jeudi matin l’information selon laquelle la police avait quadrillé la zone dès six heures du matin. Qu’est- ce qui a pu changer? En tout état de cause, Je décidai d’aller voir même et dès mon arrivée sur les lieux, à dix heures, j’ai été arrêté par la police avec une brutalité inacceptable pour être conduit manu militari dans les locaux du commissariat de la police du Nord de l’île où j’ai passé une audition de plus de cinq heures d’horloge sur...mes intentions »

« Les forces de sécurité sont instrumentalisées… »
Le colonel Abdourahim Kébé tire les enseignements suivants de cet incident. « Les forces de sécurité sont instrumentalisées par le pouvoir qui en fait des forces de répression plutôt que des forces de protection du citoyen. Craignant certainement de me voir engranger un gain poli- tique important en parachevant l’opération de pacification, il fallait m’arrêter et laisser la place à l’APR qui a immédiate- ment dépêché ses sbires à Saint-Louis pour enfin remettre les licences de pêche. Voilà un gouvernement réactif et non proactif ! Ça, c’était la première chose selon le colonel Kébé. Qui dénonce une autre persécution dont il a été l’objet. « En second lieu, j’ai été interdit de sortie du territoire national alors que Je m’apprêtais à embarquer à bord du vol Air Sénégal à destination de Ouagadougou, au Burkina Faso. Il s’agissait de représenter le parti Rewmi à la 16ème Assemblée Générale annuelle du Réseau Libéral Africain dont le thème portait sur «Paix et stabilité pour le développement économique et social en Afrique» » explique Abdourahiram Kébé qui reconnait qu’il est encore sous contrôle judiciaire.

Cependant, renseigne-t-il, il a bien informé le juge du voyage projeté et il lui a donné son blanc-seing en présence de son avocat. « En première approche, on serait tenté de penser à un manque de coordination entre le bureau du juge et les autorités de l’AIBD mais il n’en est rien. Je ne blâme pas le juge qui a fait de son mieux pour que je puisse prendre le prochain vol mais le dossier préparé à cet effet est resté bloqué chez le procureur de la république pour des raisons que j’ignore pour l’instant » explique l’enseignant-chercheur dans son communiqué. Et l’ancien patron de la Dirpa (Direction de l’Information et des Relations publiques des Armées) d’ajouter qu’« après avoir échoué à donner un contenu politique à la notion de devoir de réserve pour me faire lâcher prise, les voilà en train de mener une guerre d’usure avec des provocations tous azimuts. Avec un pouvoir sans foi ni loi de cet acabit, englué dans des scandales financiers d’une ampleur jamais égalée, impitoyablement arrogant, aucun mode d’action n’est à écarter, y compris l’élimination physique d’un opposant où d’un empêcheur de tourner en round » craint-il. Le colonel Abdourahim Kébé dénonce des « tentatives d’intimidation » qui ne font, selon lui, que renforcer sa détermination à faire face. « Je suis aux côtés de tous ceux qui sont debout pour combattre démocratique- ment la corruption, l’injustice, l’impunité, et toutes les formes de violence exercées sur le peuple » tonne Dr Abdourahim Kebé pour conclure. Eh oui, quand on est acculé, dos au mur, on se révolte !

 

AYOBA FAYE

Mardi 18 Février 2020 - 11:59


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter