Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)
PRESSAFRIK.COM







PRESSAFRIK.COM ,  L'info dans toute sa diversité






Côte d'Ivoire : Laurent Gbagbo et ses proches dans le collimateur de la justice

En Côte d'Ivoire, des « enquêtes préliminaires » ont été ouvertes contre le président déchu, Laurent Gbagbo, son épouse, et une soixantaine de personnes parmi ses proches. C’est ce qu’a annoncé Patrick Achi, le porte-parole du gouvernement, à la télévision ivoirienne TCI , le 26 avril, à l'issue du Conseil des ministres du gouvernement Ouattara. Les enquêtes qui sont en cours concernent « les crimes et délits » commis par Laurent Gbagbo et son clan. Près de 1 000 personnes ont été tuées dans des violences lors de la crise postélectorale.


Patrick Achi, porte-parole du gouvernement ivoirien a annoncé à la TCI l'ouverture d'«enquêtes préliminaires» contre Laurent Gbagbo et ses proches. (Photo : Wikipedia/Zenman)
Patrick Achi, porte-parole du gouvernement ivoirien a annoncé à la TCI l'ouverture d'«enquêtes préliminaires» contre Laurent Gbagbo et ses proches. (Photo : Wikipedia/Zenman)
« Des procédures d'enquêtes préliminaires sont en cours pour les crimes et délits commis par Laurent Gbagbo et son clan », Patrick Achi, le porte-parole du gouvernement l’a déclaré mardi, à la sortie du conseil de l’équipe dirigée par le Premier ministre Guillaume Soro.
Sont donc concernés, Laurent Gbagbo, assigné à résidence dans le nord du pays, à Korhogo, et son épouse, Simone, également assignée à résidence, mais dans une autre ville, à Odienné dans le nord-ouest. Ces enquêtes concerneraient aussi au moins 200 personnes, selon une source proche du dossier. Cent-vingt personnes avaient été arrêtées le 11 avril à la résidence présidentielle d’Abidjan, emmenées par la suite à l’Hôtel du Golf, quartier général d’Alassane Ouattara et de son gouvernement. Une soixantaine d’entre elles avaient été libérées cinq jours plus tard.

Alors, pourquoi ces investigations ? Le gouvernement d’Alassane Ouattara accuse Laurent Gbagbo d’être le principal responsable des violences qui ont endeuillé la Côte d’Ivoire ces cinq derniers mois. Le 10 mars, Le panel de l’Union africaine avait confirmé la défaite de Gbagbo à la présidentielle du 28 novembre et lui avait demandé de se retirer. Le tribun avait choisi la voix militaire pour rester au Palais et à la résidence présidentiels, jusqu’à ce qu’il en soit chassé par la force.

Quant aux cadres du FPI, le parti de Laurent Gbagbo, logés dans un hôtel d’Abidjan, réquisitionné par le gouvernement Ouattara, un décret collectif leur signifiait qu’ils sont en résidence surveillée, mais la plupart d’entre eux ne se considèrent pas concernés par cette disposition.

Mardi après-midi, c'est-à-dire, avant l'annonce de l'ouverture des enquêtes préliminaires, Marie-Antoinette Singleton, la fille de Laurent et Simone Gbagbo, qui vit aux Etats-Unis, a déclaré à RFI, qu'elle n'a aucune nouvelle de sa famille, et dénonce par ailleurs le flou qui entoure la détention de ses parents et des membres de l'ancien régime.

Actu en filet | Editorial | Politique | Commentaire | Economie | Société | Procès Habré | Médias | MONDIAL 2014 | Sport | Reportage | Portrait | Analyse | Culture | Mondial 2010 | Opinion | Afrique | Monde | Jet Set | People | Mode | Amour | High Tech | Santé | Insolite | Inter | Lutte 2010/2011 | Inondations 2012 | Crise Malienne | Crise ivoirienne | Partenaires | DOSSIER BEN LADEN | Campagne 2012 | Scrutin présidentiel 2012 | Magal Touba 2011 | Prestation de serment Macky Sall | Législatives Sénégal 2012 | Chronique | Fesman | eng | twitts | Agenda | vidéos sports | Dossier | Scrutin second tour présidentielle Sénégal | Actualité | Présentielle 2019