Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Des outils vieux de 2,4 millions d’années découverts en Algérie



C’est une trouvaille qui pourrait remettre en cause le titre de « berceau de l’humanité » de l’Afrique de l’Est. Une équipe de chercheurs publie dans la revue Science les résultats de fouilles archéologiques menées en Algérie, au cours desquelles ils ont trouvé des outils façonnés par une main humaine il y a 2,4 millions d’années. C’est presque aussi vieux que les plus anciens jamais découverts, en Ethiopie.

Ils n’ont pas l’air de grand-chose ces galets en calcaire et ces silex. Et pourtant, ils ont quatre particularités qui les rendent très intéressants aux yeux des paléontologues. Tout d’abord, ils sont vieux : 2,4 millions d’années. Ce sont également des outils, car il apparaît qu’ils ont été façonnés, biseautés, par des mains humaines, ce qui en fait parmi les plus vieux jamais découverts. Ils ont par ailleurs été utilisés, puisque des cadavres d’animaux dépecés et frappés ont été dénichés non loin. Enfin, et plus surprenant encore, ils se trouvent là où on ne s’attendait pas du tout à les voir, non loin de Sétif, à 300 kilomètres à l’est d’Alger.

Pourquoi est-ce surprenant ? Parce qu’on avait déjà découvert des outils, plus vieux encore et les plus anciens jamais trouvés : 2,6 millions d’années. Mais c’est à 5 000 kilomètres de là, sur le site de Gona, en Ethiopie. « Il y a deux explications possibles », avance Mohammed Sahnouni, qui a dirigé ces fouilles. « Soit il y a eu une migration très rapide des premiers humains depuis l’Afrique de l’Est en direction de l’Algérie. Soit ce sont les populations qui vivaient en Algérie à l’époque qui ont développé par elles-mêmes la technologie pour façonner des outils. On aurait alors une origine multiple de l’émergence de la technologie lithique et l’adoption d’un régime alimentaire basé sur la consommation de viande ».

Une courte différence d’âge de 200 000 ans

En l’état actuel des recherches, il est impossible de trancher entre ces deux hypothèses. Ceci dit, le cœur de Mohammed Sahnouni et de son équipe a sa préférence : « La différence d’âge entre les outils éthiopiens et algériens est très courte, 200 000 ans. Ce n’est pas suffisant pour une migration depuis l’Afrique de l’Est vers le Nord en parcourant plus de 5 000 kilomètres, avec toutes les entraves. Si on considère également la démographie de ces premiers humains, c’est compliqué : il s’agissait de groupes très restreints ne dépassant pas 15 individus. C’est pour ces raisons que nous favorisons la deuxième hypothèse. » Le chercheur reste cependant prudent : « La première n’est pas à exclure non plus ! ».

Si Mohammed Sanhouni et son équipe ne se trompent pas, le scénario plaçant l’Afrique de l’Est comme « berceau de l’humanité » s’en trouverait chahuté. Reste cependant à savoir à partir de quand l’humanité est devenue humanité.

L’émergence du genre Homo, dont Homo sapiens est le dernier représentant, est considérée comme point de départ. C’est l’apparition d’Homo habilis, nommé ainsi pour sa capacité à faire des outils, il y a justement 2,5 millions d’années environ qui marquerait le début. Si cette capacité est apparue à plusieurs endroits au même moment comme le pense Mohammed Sanhouni, l’Afrique de l’Est perdrait alors son titre. Si on remonte plus loin dans le temps en revanche, il n’y a alors plus lieu de discuter : les australopithèques, qui ne sont pas des hommes, mais dont l’homme est descendu, sont, en effet, en l’état actuel des connaissances, originaire de l’Afrique de l’Est. Cette fois, pas de doute possible, les plus vieux fossiles découverts ont environ 4 millions d’années.

Rfi

Vendredi 30 Novembre 2018 - 19:31



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 12 Décembre 2018 - 15:27 Un pacte politique au Nigeria sans Atiku