Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Fatou Sow Sarr : "enfermer Sonko ou de le museler risque de produire l’effet contraire "

La sociologue Fatou Sow Sarr analyse l’affaire des 94 milliards qui oppose leader de Pastef Les Patriotes Ousmane Sonko et l’ancien Directeur des Domaines, Mamour Diallo et qui sera examinée le vendredi 11 octobre 2019 par la Conférence des présidents de l’Assemblée nationale. Selon elle, « essayer d’enfermer Sonko ou de le museler, risque de produire l’effet contraire ».



 Fatou Sow Sarr : "enfermer Sonko ou de le museler risque de produire l’effet contraire "
Le pays n’a plus besoin de procès sur commande pour liquider un adversaire politique. C’est l’avis de la sociologue Fatou Sow Sarr qui dénonce le fait que des gens proches du pouvoir manifestent leur volonté d’écarter Ousmane Sonko du jeu politique. 

« À entendre parler les acteurs politiques, il y a une volonté manifeste d’un certain nombre de personnes autour du Président Macky Sall qui veulent liquider Sonko », déplore la sociologue qui précise que «c’est eux-mêmes qui le disent dans la presse et dans certaines émissions, sous prétexte qu’un fonctionnaire radié ne peut pas être candidat à l’élection présidentielle ». 

L’invitée de l’émission « Objection » de Sud Fm de ce dimanche 06 octobre 2019 déclare qu’ : « On ne peut pas continuer à fabriquer des lois pour une personne. C’est comme ça qu’on a perçu la situation de Karim Wade, c’est comme ça qu’on a perçu le procès de Khalifa Sall. Et, il ne faudra pas que le procès de Sonko soit un procès de plus ». 

Elle ajoute : « Sonko est l’émanation d’une catégorie sociale notamment des jeunes sénégalais qui ont leur vision, il incarne cela et il faut le laisser faire son chemin, c’est ça, selon elle, la démocratie ». 

Pour la sociologue, « essayer d’enfermer Sonko ou de le museler, risque de produire l’effet contraire ». Elle propose de : « Laisser le jeu ouvert, et le meilleur gagnera. Car avance-t-elle, « les Sénégalais sont suffisamment mûrs pour savoir celui qui doit le servir ».

Fatou Sow Sarr est avis que c’est la justice qui doit trancher l’affaire des 94 milliards. Mais, poursuit-elle,  « peut être que l’Assemblée nationale a ses raisons de le faire, qu’elle a le droit aussi de le faire ». 

Elle conclut : « C’est plus une question qui peut être tranchée par la justice qu’autre chose. Parce que les Sénégalais vont percevoir l’Assemblée comme étant une Assemblée partisane parce que composer majoritairement par des gens qui sont propres au gouvernement et donc contre Sonko ». 

Aminata Diouf

Dimanche 6 Octobre 2019 - 14:18



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter