Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)
PRESSAFRIK.COM







PRESSAFRIK.COM ,  L'info dans toute sa diversité





Fesman 2010: «Il y a des problèmes d’orientation et de contenu», selon un Sociologue


Fesman 2010: «Il y a des problèmes d’orientation et de contenu», selon un Sociologue
Le Festival Mondial des Arts Nègres a démarré ce vendredi 10 décembre 2010 à Dakar (capital du Sénégal). Après plusieurs reports, cet évènement mondial s’est ouvert avec un spectacle riche en couleurs donné par les chorégraphes et les discours des présidents (Sénégal, Guinée Equatorial et Guinée Bissau). Les musiciens ont également joué leur partition.

Cependant, invité de l’émission de la Rfm Remue ménage, c e dimanche 12 décembre 2010, le Sociologue et Anthropologue à l’IFAN et à l’UCAD, le Professeur Youssou Mbargane Guissé dénote des problèmes et «ils sont très nombreux» dit-il. Selon lui, il y a d’abord des problèmes d’orientation et de contenu. «Je pense qu’il faut se référer au premier festival mondial des arts nègres en 1966 parce que ce sont les étapes d’un même parcours et cette première étape était importante» a-t-il soutenu. En partant de là, explique-t-il, on peut voir les problèmes et là où on est pertinent et là où on ne l’est pas.

De son côté, l’autre invité de l’émission en l’occurrence l’ancien Professeur d’histoire à l’UCAD, Boubacar Barry estime qu’il y a «un problème parce qu’il a fallu attendre trop longtemps pour qu’il y ait le troisième festival». Il a fait comprendre qu’après «Senghor et le festival de Lagos, le Sénégal a tenté à un moment donné d’organiser ce festival mais qui n’a pas eu lieu. Donc il a fallu attendre ce 2010 pour l’organiser après plusieurs reports». Mr Barry est d’avis que «cela dénote que l’évènement de 1966, celui de Lagos, n’a pas mis en place des structures permanentes qui permettent d’assurer la pérennité de cette manifestation sur le long terme c’est pourquoi nous avons l’impression de faire des surplaces et de reprendre».

Mr Guissé a, en outre, reconnu que «le festival est un enjeu culturel important. C’est un moment qui permet de reconfigurer le chemin historique de l’Afrique et de la Diaspora. Donc c’est un moment de reconstruction de la direction historique à prendre. C’est également un moment de réconciliation en réalité entre les dirigeants, entre l’Etat et la société». Pour lui, ces grands évènement comme toutes les grandes manifestations d’ailleurs cherchent une nouvelle légitimité entre les dirigeants et les dirigés.



Actu en filet | Editorial | Politique | Commentaire | Economie | Société | Procès Habré | Médias | MONDIAL 2014 | Sport | Reportage | Portrait | Analyse | Culture | Mondial 2010 | Opinion | Afrique | Monde | Jet Set | People | Mode | Amour | High Tech | Santé | Insolite | Inter | Lutte 2010/2011 | Inondations 2012 | Crise Malienne | Crise ivoirienne | Partenaires | DOSSIER BEN LADEN | Campagne 2012 | Scrutin présidentiel 2012 | Magal Touba 2011 | Prestation de serment Macky Sall | Législatives Sénégal 2012 | Chronique | Fesman | eng | twitts | Agenda | vidéos sports | Dossier | Scrutin second tour présidentielle Sénégal | Actualité | Présentielle 2019