PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)




Installation des autorités intérimaires à Kidal: la CMA fait volte-face

​Les autorités intérimaires devaient être installées dans le nord du Mali à partir de ce samedi 18 février, en commençant par la ville symbole de Kidal. Ces autorités sont censées rétablir l'autorité de l'Etat jusqu'à l'organisation d'élections. Mais les ex-rebelles qui contrôlent encore la ville ont changé d'avis à la dernière minute.



Désillusion ce matin à l'aéroport de Bamako, beaucoup d'amertume aussi. Ambassadeurs, représentant de l'ONU et de la médiation internationale, tout le monde était prêt à embarquer pour Kidal.
 
Mais les ex-rebelles de la Coordination des mouvements de l'Azawad, la CMA, se sont finalement opposés à la venue de la délégation. Tout était pourtant prévu pour que l'installation de ces premières autorités intérimaires soit un symbole. D'abord le lieu, Kidal, à l'extrême nord du Mali, fief des ex-rebelles qui se sont battus pour l'indépendance de cette partie du pays qu'ils appellent l'Azawad.
 
Un des organisateurs explique que le drapeau du Mali était dans les bagages, prêt à être hissé de nouveau sur la ville de Kidal. Trente minute après le début d’une réunion de crise improvisée dans un des salons VIP de l'aéroport, le couperet tombe, il n'y aura pas d'autorités intérimaires installées aujourd'hui.
 
Les ex-rebelles de la CMA remettent cause la nomination, vendredi soir par décret gouvernemental, d'un nouveau gouverneur pour Kidal, Sidi Mohamed Ag Ichrach, un enfant de de la ville, glisse-t-on dans les salons de l'aéroport, mais dont les faveurs vont clairement vers le groupe pro-Bamako de la Plateforme. Une nomination qui a déplu à la CMA, qui a donc décidé de boycotter l'investiture.
 
 
 
 
d’actes de banditisme et de gangstérisme. Des gens encagoulés braquent les stations, les banques et les commerces de vaillants citoyens et emportent leurs biens en toute impunité. Après les braquages des banques de Yeumbeul et Liberté 5 à Dakar, des maisons attaquées à Touba, la semaine passée, des bandits ont stationné des camions devant la Cimenterie du Sahel et récupéré les biens des camionneurs. Aujourd’hui c’est au tour de la capitale du rail …
 
A l’entrée de la ville comme à la sortie et dans les lieux fréquentés, la garde devrait pourtant être renforcée. On remarque depuis un certains temps, en cette période de fraîcheur, l’absence de forces de sécurité en faction. Les personnes que nous avons interrogées déplorent la fréquence des rafles organisées par les forces de l’ordre dans les lieux publics fréquentés par des prostituées et autres clochards tandis qu'au même moment les bandits de grand chemin opèrent en toute tranquillité. L’état est vivement interpellé pour mettre fin à cette insécurité galopante.
 
 

rfi.fr

Samedi 18 Février 2017 - 18:28



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter