PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)




Irak: 19 femmes russes condamnées à la prison à vie pour avoir rejoint et soutenu le groupe Etat islamique (EI)

Le président de la Cour pénale centrale de Bagdad s'est chargé d'annoncer leur condamnation. Plusieurs ressortissantes étrangères accusées de liens avec l'EI ont récemment été jugées en Irak.



Irak: 19 femmes russes condamnées à la prison à vie pour avoir rejoint et soutenu le groupe Etat islamique (EI)
La Cour pénale centrale de Bagdad a condamné dimanche à la prison à vie 19 femmes russes ainsi que six Azéries et quatre Tadjikes pour avoir rejoint l'organisation État islamique (EI) en Irak.

Dix-neuf femmes russes, six Azéries et quatre Tadjikes ont été condamnées à la prison à vie dimanche 29 avril par la Cour pénale centrale de Bagdad, chargée des affaires de terrorisme, pour avoir rejoint le groupe jihadiste État islamique (EI) en Irak.
 
Ces femmes qui étaient toutes présentes à l'audience ont été reconnues coupables en première instance d'avoir "rejoint et soutenu l'EI", a indiqué le président de la cour lors de l'énoncé du jugement.
 
L'EI s'était emparé en 2014 de près d'un tiers de l'Irak à la faveur d'une offensive éclair, prenant le contrôle entre autres de la deuxième ville du pays Mossoul. Les jihadistes ont depuis été chassés des zones qu'ils contrôlaient par une offensive des forces irakiennes soutenues par une coalition internationale conduite par les États-Unis.
 
Plusieurs ressortissantes étrangères accusées de liens avec l'EI ont récemment été jugées en Irak.
 
"Je ne savais pas que nous étions en Irak"
 
Vêtues d'une robe noire, d'un foulard de la même couleur et d'une blouse rose, les accusées russes ont assisté à l'audience avec leurs enfants, a indiqué un journaliste de l'AFP présent. Elles ont communiqué avec le tribunal par le biais d'un traducteur, professeur de russe à l'université de Bagdad.
 
"Je ne savais pas que nous étions en Irak. Je me suis rendue avec mon mari et mes enfants en Turquie pour y vivre puis j'ai découvert soudainement que j'étais en fait en Irak", a affirmé l'une des accusées. Un argument repris par les autres femmes.
 
Le juge a expliqué que l'une d'elles, Mariana, était chrétienne et s'était convertie ainsi que son mari à l'islam. Les autres étaient de confession musulmane à l'origine. "Nous allons contacter maintenant les parents pour les informer du jugement", a dit à l'AFP un diplomate russe présent au tribunal.
 
Le jugement peut faire l'objet d'un appel.

Aminata Diouf

Dimanche 29 Avril 2018 - 19:31



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter