Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



‘J'ai été kidnappé et maintenant, je ne voyage plus qu'en train’



‘J'ai été kidnappé et maintenant, je ne voyage plus qu'en train’
Pour éviter les célèbres bandes de kidnappeurs nigérians, des milliers de voyageurs prennent chaque jour le train entre la capitale, Abuja, et la ville de Kaduna.

Mannir Awal Addo, un commerçant d'Abuja qui rend visite chaque week-end à sa famille à Kaduna, a été enlevé sur l'autoroute Abuja-Kaduna en début d'année et détenu pendant cinq jours.

Il a déclaré à la BBC qu'il avait payé 1,300 $ (769.095 FCFA) à ses ravisseurs pour sa liberté : "Ce fut une expérience traumatisante".

Enfant, il a été affecté par la polio et dit qu'il ne pouvait pas s'enfuir lorsque des ravisseurs avaient attaqué le véhicule dans lequel il se trouvait.

"Depuis, honnêtement, je n'utilise plus le transport en voiture parce que j'ai peur du voyage par la route. C'est mieux pour moi de prendre le train à cause de sa sécurité".

Par la route, le trajet de 150 km entre les deux villes est moins cher et plus court, mais c'est devenu une question de vie ou de mort car des dizaines de voyageurs sont enlevés le long de l'autoroute - et beaucoup sont tués.

Lorsque, grâce à un prêt chinois de 500 millions de dollars (295.844.470.998 FCFA), la ligne de chemin de fer reliant Abuja à Kaduna a été ouverte en 2016, les gens l'ont davantage utilisée pour la nouveauté, étant donné que la plupart du système ferroviaire du pays est une relique de l'ère coloniale.

La bagarre pour les billets
Mais aujourd'hui, il est difficile d'obtenir un billet pour les quatre allers-retours quotidiens, avec 5 000 voyageurs qui s'y rendent chaque jour.

La demande est forte car neuf policiers armés sont à bord des six wagons du train.

bbc

Vendredi 8 Novembre 2019 - 12:58



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter