Kenya: revendications sécessionnistes sur la côte

Au Kenya, d'anciennes revendications sécessionnistes reviennent sur le devant de la scène après les élections controversées du 26 octobre. La semaine dernière, le gouverneur de Mombasa, Hassan Joho, a animé une réunion portant sur les modalités d'une sécession des comtés de la côte du Kenya, citant une marginalisation historique. Un appel rejeté par le parti au pouvoir et la communauté internationale.



Le mouvement est porté par le gouverneur de Mombasa, Hassan Joho, et celui de Kilifi, Amason Kingi, ainsi que par une quinzaine d'élus de l'opposition. Ils dénoncent un accaparement des terres de la côte par des Kényans venus d'autres régions, un manque de représentativité dans le gouvernement national ainsi qu'une exclusion économique. Ce type de revendication n'est pas nouveau. La côte kényane a son mouvement indépendantiste, le MRC, ou Conseil républicain de Mombasa, depuis 1999, qui fonde ses revendications sur l'ancienne appartenance d'une partie de la côte au sultanat de Zanzibar.
 
Mais la réunion de vendredi semble plus particulièrement dirigée contre le gouvernement d'Uhuru Kenyatta. Les gouverneurs de la côte favorables au parti au pouvoir n'y ont pas participé, et Najib Balala, ministre issu de la région, a de son côté dénoncé un discours dangereux. La polémique a en tout cas attiré l'attention de plusieurs ambassadeurs européens, qui se sont rendus à Mombasa ce week-end dans le but, dit une source diplomatique de « faire comprendre que nous ne travaillons qu'avec un Kenya uni, et que ce projet n'est pas économiquement viable ».

Rfi.fr

Mercredi 8 Novembre 2017 - 06:59



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter