Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



L’industrie des faux médicaments prospère en Afrique de l'Ouest

​L'industrie pharmaceutique de contrefaçon est florissante en Afrique de l'Ouest, où les forces de l'ordre se battent pour mettre fin aux activités des syndicats du crime qui opèrent avec des connexions internationales, écrit Emma Hooper.








Il est rare d'avoir une conversation au Nigeria sur le problème des faux médicaments sans mentionner la tragédie du sirop My Pikin.

En 2009, 84 enfants ont été tués par un lot de sirop de dentition contenant du diéthylène glycol, un solvant industriel et un ingrédient présent dans l'antigel et le liquide de frein. Deux employés de l'entreprise qui fabriquait le sirop ont été reconnus coupables par un tribunal.

Les faux médicaments
L'affaire était importante car les condamnations pour fabrication ou vente de faux médicaments restent rares au Nigeria.

"C'est celle qui a fait la une des journaux", a déclaré Dr Alero Roberts, ajoutant : "Nous avons eu de nombreux problèmes."

Dr Roberts, maître de conférences à l'hôpital universitaire de Lagos, a la chance que l'hôpital dispose d'un système d'approvisionnement en médicaments solide et qu'il n'ait pas de problèmes avec les faux médicaments, même s'il reçoit des patients qui se soignent avec de faux médicaments.

Elle s'inquiète du fait qu'il pourrait y en avoir d'autres dans les mois à venir en raison de l'effet du Covid-19 sur l'approvisionnement en médicaments au Nigeria.

"Des pénuries sont imminentes - médicaments contre le cancer, antibiotiques", a déclaré le Dr Roberts.

Lorsque les pharmacies des hôpitaux seront en rupture de stock, les patients achèteront les médicaments ailleurs, souvent sur des marchés non réglementés. Et ils n'ont pas besoin d'aller bien loin, car Dr Roberts peut voir, en dehors de la fenêtre de son hôpital, des marchands qui vendent deux choses : "des médicaments et des cercueils".

La vente de médicaments dans la rue est un phénomène bien connu en Afrique de l'Ouest, où, dans de nombreux pays, la vente de produits pharmaceutiques est plus un métier qu'une profession.

L'absence de contrôle réglementaire est l'une des raisons pour lesquelles la région est si attrayante pour les criminels qui se livrent au trafic et à la fabrication de faux médicaments. Et en Afrique de l'Ouest, c'est un grand commerce.

Les criminels ont tenu occupé le chef de l'unité des droits de propriété intellectuelle du service des douanes, Mohammed Babandede, et son équipe ces derniers temps, car la pandémie a créé la tempête parfaite pour que les faux médicaments prospèrent.

"C'est vraiment effrayant", a-t-il déclaré, ajoutant qu'en une semaine, plus de 30 millions de comprimés contrefaits avaient été saisis.

Il a expliqué que les autorités indiennes avaient fourni des renseignements sur une cargaison arrivant au port de Tin Can Island à Lagos, la capitale commerciale.

Des réseaux puissants
L'envoi comprenait des quantités importantes de dexaméthasone contrefaite - un médicament censé traiter les symptômes graves de la Covid-19.

La même semaine, il a également intercepté 920 000 faux comprimés de tramadol à l'aéroport de Lagos, en provenance de Mumbai en Inde. Ces comprimés étaient probablement destinés aux marchés du nord du Nigeria où l'abus de cette drogue est très répandu.

M. Mohammed a déclaré qu'il était difficile d'attraper les suspects car les envois étaient souvent étiquetés avec des adresses fictives aux deux bouts de la chaine - ce qui signifie que les autorités ne peuvent pas remonter à la source des marchandises.

Au Nigéria, lorsqu'il y a des arrestations, les réseaux sont souvent si puissants qu'il y a rarement des poursuites - les meilleurs avocats sont engagés pour négocier une caution ou trouver des moyens d'ajourner les procès pendant de nombreuses années.

Adebayo Alonge ne sait que trop bien à quel point ces groupes sont dangereux. Lui-même victime de faux médicaments, M. Alonge a acheté du salbutamol en 2003 à un pharmacien d'Ibadan, dans le sud-ouest du Nigeria.

Les médicaments étaient faussement étiquetés et contenaient des niveaux mortels de diazépam qui l'ont laissé dans le coma pendant trois semaines.

​L'industrie pharmaceutique de contrefaçon est florissante en Afrique de l'Ouest, où les forces de l'ordre se battent pour mettre fin aux activités des syndicats du crime qui opèrent avec des connexions internationales, écrit Emma Hooper. 

Cette expérience lui a inspiré le lancement de RxAll, une entreprise qui utilise la technologie pour identifier la qualité des médicaments sur ordonnance.

L'année dernière, il a commencé à recevoir des menaces de mort pour son travail.

"Nous n'arrêterons pas - je suis déjà mort une fois, je n'ai pas peur de mourir à nouveau", a-t-il déclaré.

Dans les petits entrepôts des villes d'Afrique de l'Ouest, il y a des gens qui reconditionnent des produits pharmaceutiques.

Ils peuvent aussi être occupés à modifier les dates de péremption ou à fabriquer des produits de toutes pièces.

Parfois, ces laboratoires clandestins de fortune font l'objet de raids par les forces de l'ordre et les marchandises sont détruites - mais l'ampleur des réseaux et des opérations signifie qu'il ne faut pas longtemps pour qu'ils réapparaissent ailleurs.

bbcAfrique

Mercredi 15 Juillet 2020 - 09:29



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter