Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Le quotidien pro-démocratie hongkongais «Apple Daily» plus que jamais dans les kiosques

Au lendemain de la perquisition dans ses locaux, le journal affiche plus que jamais sa détermination. En « Une », un message de défi au pouvoir pro-Pékin : «Nous devons continuer».



La rédaction a travaillé toute la nuit pour que le journal soit présent dans les kiosques ce vendredi 18 juin. Sur la première page, le visage des cinq personnes arrêtées lors de la perquisition d'hier avec une ligne purement informative: « La police de la sécurité nationale perquisitionne l'Apple, arrête cinq personnes, saisit 44 disques durs de la rédaction ».
 
En caractères jaunes, « Nous devons continuer », la phrase lancée à ses employés par M. Cheung quand il a été emmené menotté par la police.
 
Le groupe a décidé d'imprimer 500 000 exemplaires, un tirage bien supérieur à l'habituel, pariant que les Hongkongais, qui s'étaient massivement mobilisés en 2019 pour soutenir le combat démocratique, s'arracheront ce numéro historique.
 
Un record de ventes attendu
Dans le quartier populaire de Mongkok, des dizaines de personnes ont fait la queue très tôt vendredi pour acheter le journal avant même qu'il ne soit livré. Et ce matin, les propriétaires de kiosque le confirment, les Hongkongais répondent présents. « Tout a été vendu. Nous en avons commandé 3 000 et nous attendons d'être livré », a dit l'un d'eux à l'AFP.
 
Le journal, créé en 1995, était dans le collimateur de Pékin depuis longtemps. Son propriétaire, le magnat de la presse Jimmy Lai, est actuellement incarcéré. Et hier, cinq des dirigeants du journal, dont son rédacteur en chef Ryan Law et son directeur général Cheung Kim-hung, ont été arrêtés. Il leur est reproché des faits de collusion avec des forces étrangères, en vertu de la drastique loi sur la sécurité nationale que Pékin a imposée l'été dernier. Ce 18 juin, la police a fait savoir qu'ils étaient inculpés pour « collusion avec un pays étranger ou avec des éléments externes en vue de mettre en danger la sécurité nationale ».
 
C'est après la rétrocession de l'ex-colonie britannique à la Chine en 1997 que ce quotidien est devenu la voix des partisans de la démocratie et des Hongkongais inquiets pour leurs libertés futures, et donc sceptiques envers Pékin.

RFI

Vendredi 18 Juin 2021 - 10:46


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter