Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Législatives en Iran: un scrutin marqué par l'abstention, le dépouillement est en cours

Le dépouillement des bulletins de vote a commencé en Iran. La population était appelé hier, vendredi 21 février, à élire les députés du Majlis. Le taux de participation s'annonce en dessous de 50%. Une partie des Iraniens rejettent un système oppressant et critiquent également l'invalidation d'une partie des candidatures réformistes.



Les bureaux de vote sont restés ouvert jusqu'à minuit, soit cinq heures de plus que prévu donc, pour donner plus de chance aux indécis de venir voter, rapporte notre envoyée spéciale, Oriane Verdier. C'est le cas notamment à Téhéran où l'abstention a été particulièrement forte. Mais une grande partie des abstentionnistes avaient décidé bien auparavant de ne pas se rendre aux bureaux de vote. Selon eux, c'est le seul moyen de résistance dans un pays où s'opposer frontalement aux autorités peut être dangereux.

Pour de nombreux Iraniens, voter réformateur ou conservateur ne semblait de toute façon pas changer grand chose puisque de leur point de vue les deux principaux courant de la politique iranienne soutiennent un même système.

Je suis passé par un bureau de vote mais je n'y suis pas entré. C'était dans l'enceinte du métro donc j'étais obligé de passer devant. Mais je n'ai pas hésité : que l'on vote ou pas, ça ne changera rien à mon avis... Les deux partis soutiennent le gouvernement et le système, et ils font ce qui leur est dicté.

Ce sont cependant bien les conservateurs qui s'annoncent en nette majorité dans la nouvelle composition du Parlement. Les résultats définitifs ne seront pas connus avant demain dimanche, mais l'agence iranienne Fars annonce qu'ils obtiendraient 60% des sièges.

Un résultat attendu notamment après l'invalidation de nombreux candidats réformateurs par le Conseil des gardiens de la Constitution, l'organisme en charge de la supervision des élections, en amont du scrutin. Dans certaines circonscriptions les candidats conservateurs n'étaient opposés à aucun réformateur.

Rfi

Samedi 22 Février 2020 - 08:18


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter