Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Microsoft : la Maison Blanche met en garde contre une "réelle menace" de pirater le géant de l'électronique



Microsoft : la Maison Blanche met en garde contre une "réelle menace" de pirater le géant de l'électronique
Les États-Unis ont exprimé leur inquiétude croissante concernant le piratage du programme de messagerie Microsoft Exchange, et le géant de la technologie accuse la Chine.

"Il s'agit d'une menace efficace et active ... tout le monde et la destination qui exploitent ces serveurs - gouvernement, secteur privé, universités - doivent agir maintenant pour y remédier", révèle vendredi l'attachée de presse de la Maison Blanche, Jane Psaki.

Microsoft explique que les pirates utilisent ses serveurs de messagerie pour attaquer leurs cibles.

Il est également signalé que des dizaines de milliers d'organisations américaines peuvent être touchées.

Les États-Unis accusent depuis longtemps le gouvernement chinois de cyberespionnage, ce que nie Pékin.

Dans une déclaration aux journalistes, Psaki affirme que la Maison Blanche est "préoccupée par le grand nombre de victimes" et signale que les vulnérabilités des serveurs de Microsoft "peuvent avoir des effets considérables".

Que savons-nous du piratage?
Le PDG de Microsoft, Tom Burt, dévoile le piratage dans un message mardi et annonce des mises à jour pour corriger les failles de sécurité qui, selon lui, permettent aux pirates d'accéder aux serveurs de Microsoft Exchange.

Le "Cyber ​​Threat Intelligence Center" de Microsoft, "avec une grande confiance", attribue les attaques à un "acteur de la menace soutenu par l'État" basé en Chine et qu'ils appellent Hafnium.

Microsoft souligne que Hafnium a tenté de voler des informations à des groupes tels que des chercheurs en maladies infectieuses, des cabinets d'avocats, des établissements d'enseignement supérieur et des entrepreneurs de la défense.

Un porte-parole du gouvernement chinois explique à l'agence de presse Reuters que la Chine n'est pas derrière la brèche. Pékin rejette à plusieurs reprises les accusations américaines de cybercriminalité.
 

BBC

Mercredi 10 Mars 2021 - 08:15


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter