Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Moustapha Niasse s'est encore énervé à l'Assemblée : "Je sais me chamailler, me battre et..."



Moustapha Niasse s'est encore énervé à l'Assemblée : "Je sais me chamailler, me battre et..."
Les députés membres de l'opposition n'ont pas ménagé le président de l'Assemblée nationale, Moustapha Niasse, ce mardi. Serigne Cheikh Bara Doli lui a même reproché d'être "contre Touba et contre Serigne Touba", alors que Cheikh Abdou Mbacké, lui, a boudé l'élection des députés devant siéger au Parlement de la Cedeao. Ce, non sans lui envoyer au passage, des mots peu agréables. Le Président de l'Assemblée nationale, qui a gradé son calme jusqu'au terme de la séance, n'a pas manqué de répondre à ces élus "indélicats".

"Un message. Je sais me battre. Mais je ne le ferai pas ici. "Khoulo meune nako, khekh meune nako mais doumako def fii" (Je sais me chamailler et je sais me battre, mais je ne le ferai pas ici). Ici, c'est facile pour moi de couper la parole à quelqu'un, de le sortir de la salle. C'est dans le règlement intérieur. Mais je ne le ferai jamais. Que chacun continue à être comme il veut, mais moi je ne répondrai pas", a-t-il balancé à ses détracteurs.

"Tant pis pour ceux qui piquent des crises"
Moustapha Niasse, qui n'en a pas fini avec ses détracteurs, d'embrayer, en les avertissant :

"Ce qui m'a mis ici, c'est la volonté divine, celle du peuple et la confiance du Président Macky Sall. Tant que je serai là, personne ne m'amènera à accepter ce qui n'est pas édicté par la loi. Celui qui criera, tant pis pour toi. "Kou daanou gangri" (celui qui fait une crise de nerf) tant pis pour toi. Tant que je serai sur ce fauteuil, c'est cette loi que je vais appliquer", avertit-il, brandissant le règlement intérieur de l'Assemblée nationale.

Le président de l'Assemblée nationale ne s'en limitera pas à ces mots. Il taclera subtilement Serigne Cheikh Mbacké et Serigne Abdou Mbacké, sans les nommer :

"Kou Khamoul dagnoulay yeugal. Wayé lou bone modi khamoulo khamadi boolési. Kou Khamoul gnou Khamal la, kou khamoul gnou bayila si sa niak kham (quand vous ne savez pas, on vous apprend. Mais ce qui est mauvais, c'est, en plus d'être ignorant, d'être indiscipliné)", a-t-il craché.

Sources : Seneweb

AYOBA FAYE

Mardi 13 Février 2018 - 21:53



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter