Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Présidentielle 2012 : Ibrahima Fall enterre la polémique sur son long séjour à l’étranger



Présidentielle 2012 : Ibrahima Fall enterre la polémique sur son long séjour à l’étranger
Il fait partie des concurrents les plus en vue pour la présidentielle de 2012 au Sénégal. Même si des qualités lui sont reconnues, son éloignement du Sénégal pendant un certain temps lui a valu également bon nombre de critiques. Par rapport à ces reproches, Ibrahima Fall a tenu à apporter des précisions. « Parce que vous pensez que s’éloigner du Sénégal est un défaut? Parce que vous pensez que les 03 millions de sénégalais qui sont allés à l’extérieur dans la diaspora, vivre dans les difficultés énormes pour nourrir leurs familles est un défaut ? Parce que vous pensez que cette diaspora qui injecte plus de 675 milliards de FCFA  par an dans l’économie du Sénégal est en défaut, que ceci est un défaut de vivre à l’extérieur ? Non ! Rétorque le candidat libre à l’élection présidentielle de février 2012 qui préjuge néanmoins que « ceux qui font ce reproche ne se rendent pas compte de cela ». Loin de considérer cette réalité liée à la distance, le leader du Mouvement Takhaw Tem argumente que vivre à l’extérieur de nos jours c’est vivre au Sénégal, « du fait même des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC), on vit au jour le jour ce qui se passe au Sénégal. Il n’y a pas de décalage. Quelques fois même on est au courant des informations sur le Sénégal, avant même que les sénégalais qui vivent à l’intérieur ne soient au courant », s’explique-t-il. Invité de l’émission « Grand jury » de la RFM ce dimanche, le candidat âgé de 69 ans dit s’être toujours impliqué des problèmes sénégalais. « En tant qu’ancien ministre des affaires étrangères et de l’enseignement supérieur, en tant que cadre, je m’investis dans l’analyse des problèmes sénégalais. Tout ce que je ne peux pas faire pendant cette durée c’est de m’exprimer parce que je suis tenu par le devoir de réserve », a éclairé le professeur agrégé de droit, concluant que « c’est tout ce que l’on peut me reprocher et ce serait à tort ».


Dimanche 6 Novembre 2011 - 16:14


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter