RCA: le secrétaire général de l'ONU à Bangassou, sous la coupe des groupes armés

Ce mercredi 25 octobre, le secrétaire général des Nations unies s'est rendu à Bangassou dans le sud-est de la Centrafrique. Cette localité a été attaquée par un groupe anti-balaka au mois de mai dernier. Depuis, elle vit coupée en deux. Des milliers d'habitants ont fui vers la RDC toute proche. Les musulmans restés en ville sont cantonnés autour de la cathédrale, protégés par les casques bleus, mais menacés de mort s'ils quittent le site. Une situation qui dure depuis des mois et qui se tend chaque jour un peu plus.



Pour les habitants de Bangassou, la visite d'António Guterres nourrit un espoir de voir la situation se débloquer. Un des facteurs de tension entre habitants chrétiens et musulmans : l'absence d'école depuis cinq mois que le Petit séminaire abrite les déplacés musulmans.
 
« Nos enfants ne vont pas à l’école en ce moment et nous avons aussi les examens de fin d’année qui n’ont pas été organisés, rappelle le pasteur Fidèle Moupanda. Des gens sont dans la brousse ; d’autres sont en RDC, alors ça nous fait très mal. »
 
Le développement, c'est l'un des axes de cette visite d'António Guterres. A Bangassou comme dans d'autres villes de Centrafrique, c'est l'enclavement qui est la source de tous les maux, explique le doyen de la ville, Alphonse Mbombo. « Notre zone est purement enclavée, donc tout est bloqué à Bangassou, se désole-t-il. Un véhicule ne peut pas venir de Bangui à Bangassou avec toutes les barrières illicites sur la voie, c’est ce qui rend de plus en plus enclavée la zone de Bangassou. Bangassou est une zone qui a pourtant des atouts et des richesses. »

Rfi.fr

Jeudi 26 Octobre 2017 - 13:12



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter