Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



RDC : gouvernement et enseignants négocient avant la rentrée des classes

Suite à la perturbation du calendrier scolaire par la pandémie du Covid-19, élèves et enseignants n’auront qu’un mois de vacances. La rentrée des classes est prévue pour le lundi 4 octobre. Le gouvernement espère que la nouvelle année sera moins perturbée que la précédente. En plus de la pandémie, les autorités souhaitent éviter à tous prix les mouvements de grève du personnel enseignant. Ainsi, gouvernement et ban syndical se réunissent depuis le début de la semaine pour trouver un compris permettant de vider les litiges des années précédentes et aborder la nouvelle année avec sérénité.



Les enseignants exigent l’application des augmentations salariales comme convenu avec le gouvernement dans le cadre du protocole d’accord dit de Bibwa, du nom d’un quartier de la banlieue de Kinshasa où a été conclu il y a deux ans cet arrangement.
 
Il concerne notamment la paie des salaires des enseignants nouvellement recrutés, appelés nouvelles unités et celle des enseignants ayant exercé plusieurs années sans être inscrits dans des listes de paie.
 
Les syndicalistes insistent sur l’application du 2e palier du nouveau barème selon le calendrier fixé avec le gouvernement et attendu depuis avril 2020.
 
Ils veulent du concret. Jean Elenga Malanda, secrétaire général de la confédération démocratique du travail (CDT). « Le protocole d’accord que nous sommes en train d’évaluer aujourd’hui a été signé par le ban gouvernemental, ils l’ont violé de fond en comble. Les enseignants en ont marre. Nous ne pouvons plus rentrer avec des promesses ».
 
Et ils menacent de ne pas reprendre les cours lundi. Étienne Mbaka, secrétaire général du syndicat Force des enseignants solidaires et agissants du Congo.  « S’il n’y a pas augmentation de salaire, il n’y aura pas de rentrée scolaire. C’était bien dit, si on améliore pas, nous restons à la maison. Il n’y aura pas reprise ».
 
De son côté, le gouvernement vante les efforts qui ont été fournis jusque-là dans le secteur de l’éducation et promet d’améliorer progressivement les conditions des enseignants.
 
Les syndicalistes espèrent l’implication directe du Premier ministre ou du président de la République pour décanter la situation.

RFI

Vendredi 1 Octobre 2021 - 10:10


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter