Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Recrutement DG ARD de Kolda: le ministre Moussa Baldé, accusé d’avoir court-cuité le processus en faveur de son candidat

A Kolda, c’est un climat de fortes suspicions de magouilles qui plane dans le processus de recrutement ayant sanctionné le choix du nouveau directeur général de l’Agence régionale de développement (ARD), Sada Baldé. D’après les informations reçues par «Le Témoin», le ministre de l’Agriculture, Moussa Baldé Président du Conseil d’Administration (PCA) de la structure aurait court-cuité l’appel d’offre pour imposer ce dernier à la tête de la structure. Mais selon le ministre, le processus de recrutement s’est déroulé en toute transparence sous l’égide d’un organe externe.



Recrutement DG ARD de Kolda: le ministre Moussa Baldé, accusé d’avoir court-cuité le processus en faveur de son candidat
Manifestement, le nouveau DG de l’ARD de la région de Kolda va devoir relever d’abord le défi pour sa légitimité avant de se pencher sur l’essor du monde rural. Pour cause, des suspicions portant sur des manœuvres autour de son élection l’ont déjà précédé dans les chantiers du développement local. Le principal mis en cause, indexé dans les manigances se trouve être le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural, Moussa Baldé.

Selon des informations du « Témoin » il est reproché à ce dernier d’avoir «chamboulé» le processus de recrutement au poste de directeur général de l’Agence au moment de la présélection des candidats, foulant ainsi au pied les critères définis dans l’appel d’offre. Pour rappel, c’est suite au départ à la retraite de l’occupant du poste qu’un appel à candidatures a été lancé pour le recrutement d’un nouveau DG de l’agence. Le Programme national de développement local (PNDL) s’est vu ainsi confier le processus de recrutement avec une désignation de trois plénipotentiaires; un par département. Mais c’est au moment de la présélection des postulants que des frictions ont été notées au sujet de la démarche adoptée.

En effet, tout serait parti d’une réunion tenue à cet effet et lors de laquelle M Baldé a dépêché le conseiller technique N°1 de son ministère afin que celui-ci le représente. Ce qui, aux yeux de certains, relèverait d’une intrusion qui marque d’emblée un vice de procédure. Ce, dans la mesure où cet agent du ministère de l’Agriculture n’est pas habilité à siéger dans cette conclave. « Ce dernier n’est pas membre du conseil d’administration et n’a donc pas qualité à y siéger. Il s’est même arrogé le droit de présider la réunion de présélection », conteste un des candidats recalés au poste de Directeur général de l’Agence régionale de développement. Une raison évoquée par certains pour dire que Moussa Baldé a confondu sa casquette de ministre de l’Agriculture avec celle de PCA de l’Agence régionale de développement.

Les notes du jury, les résultats…. Et le comble de la surprise
Au-devant de cette contestation qui émaille le recrutement du nouveau DG de l’Agence régionale de développement, des membres de la société civile locale sont montés au créneau. Responsable d’Amnesty international, Elhadji Mamadou Diallo parle d’une mascarade orchestrée par le ministre de l’Agriculture dans le seul but de biaiser le processus pour au finish placer son proche à la tête de la structure. Il relève, par la même occasion trois vices de forme avant de signaler des accointances suspectes entre les membres du jury. «Nous avons constaté que tous les membres du jury ont donné la même note aux différents candidats. Une des incohérences visibles qui démontre que les résultats pour le recrutement du nouveau DG de l’agence ont été préfabriqués. Mais à notre surprise, au terme de cette élection, il s’est trouvé que le candidat retenu au poste est pourtant classé dernier en termes d’expérience dans le domaine parmi les cinq autres postulants » a fustigé le responsable d’Amnesty qui appelle à l’annulation des résultats du recrutement pour ensuite le confier à un cabinet indépendant. Des arguments que le ministre de l’Agriculture Moussa Baldé, le PCA de la structure, a tenu à balayer.

Contacté par nos soins, le ministre démonte la première accusation arguant que son représentant lors de la réunion de présélection des candidats n’est personne d’autre que le président de la Commission développement et finance du Conseil départemental de Kolda. «Et si le PNDL, à qui nous avions d’ailleurs confié ce recrutement pour plus de transparence, n’a pas refusé sa présence, c’est parce qu’il n’y avait rien d’anormal en ce sens. Et concernant les critères de sélection pour ce poste, ils ont tous été choisis et définis par le PNDL qui les applique dans toutes les agences régionales de développement du Sénégal », a précisé Moussa Baldé, ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural. En définitive, il clame haut et fort que le conseil d’administration de l’ARD, qu’il préside, a travaillé en toute transparence avant d’élire le premier des candidats retenu par le comité de sélection.

Le Témoin

AYOBA FAYE

Vendredi 16 Octobre 2020 - 11:51


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter