Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Relance en Afrique : la coopération japonaise prête à donner le top départ

La dissipation de la crise de la Covid-19 représente une nouvelle ère pour le libre-échange et l'intégration économique en Afrique. La clé du succès, selon l'Agence japonaise de coopération internationale (JICA), est que les Africains tracent leur propre voie en matière de partenariat avec la communauté internationale.



Relance en Afrique : la coopération japonaise prête à donner le top départ
" L'intégration régionale est essentielle à la résilience future du continent ", a déclaré Toshiyuki Nakamura, vice-président principal de la JICA, lors d'un congrès de haut niveau organisé à Johannesburg le 21 juin. Des intervenants de la JICA, de l'Agence de développement de l'Union africaine (AUDA-NEPAD), du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et de la Banque africaine de développement (BAD) ont débattu de la manière de relancer l'intégration économique sur le continent après la pandémie, qui a interrompu les ambitions de développement des nations africaines.

Ce congrès s'inscrivait dans le cadre de la préparation de la 8e Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l'Afrique (TICAD 8), qui se tiendra ces 27 et 28 août. Créée en 1993, la TICAD est l'initiative phare du Japon pour soutenir la croissance en Afrique. Organisé en partenariat avec la Commission de l'Union africaine, les Nations Unies, le PNUD et la Banque mondiale, ce forum public rassemblera les pays africains, les organisations internationales, les entreprises privées et la société civile pour le développement de l'Afrique.

La coopération menée par le Japon, telle que présentée par la JICA lors de la conférence, vise à accélérer la relance de l'Afrique grâce au développement des infrastructures et aux réformes politiques, afin d'atteindre les objectifs définis dans l'Agenda 2063 de l'Union africaine. Dans son discours d'ouverture, Norio Maruyama, ambassadeur du Japon en Afrique du Sud, a insisté sur les deux piliers de l'investissement japonais en Afrique : " Appropriation et partenariat". Selon Toshiyuki Nakamura, c'est le fait d'être passé de l'aide à la propriété et au partenariat, qui a permis au continent de devenir attractif pour les marchés, notamment en invitant les capitaux privés et publics.

L'Afrique, poids lourd du libre-échange en devenir

Le congrès a abordé la mise en oeuvre de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf), entrée en vigueur en mai 2019, qui devrait remodeler le commerce international. Cet accord, qui  couvre la plupart des pays de l'Union africaine (UA), relie 1,3 milliard de personnes et a le potentiel de sortir 30 millions de personnes de l'extrême pauvreté, selon la Banque mondiale.

" Dans le monde de l'après-crise, l'Afrique doit avoir sa place à la table ", a déclaré George Kararach, économiste en chef à la Banque africaine de développement (BAD). Ayodele Odusola, directeur de l'équipe stratégie et analyse du bureau régional du PNUD pour l'Afrique, a abondé dans le même sens en affirmant qu'il était temps pour l'Afrique de repenser le commerce : " Les pays africains ne consomment pas ce qu'ils produisent et ils ne produisent pas ce qu'ils consomment. Nous devons vraiment réfléchir à tout cela. "

La ZLECAf sera la plus grande zone de libre-échange du monde en termes de nombre de pays membres. Sa réalisation présentera des projets d'infrastructure de plusieurs millions de dollars et des accords multilatéraux.

Son succès dépendra de la résilience des institutions et des politiques, a déclaré Ayodele Odusola. Toshiyuki Nakamura s'est fait l'écho de ce point de vue, notant que le chemin à parcourir devra présenter "l'accroissement de la productivité et l'amélioration de l'environnement commercial afin d'attirer les investissements." Les intervenants ont également souligné l'importance fondamentale d'investir dans des infrastructures de qualité, un domaine dans lequel la JICA apporte un soutien actif sur le continent, dans le cadre du Programme de développement des infrastructures en Afrique (PDIA), et de renforcer les startups et les petites entreprises.

Rationalisation des procédures douanières - une clé pour la prospérité de l'Afrique

Les postes frontaliers à guichet unique (OSBP) sont au coeur de la facilitation du commerce. Ils réduisent le temps et le coût de la circulation des personnes et des marchandises à travers les frontières en plaçant les procédures douanières sous un même toit. Près de 120 postes de ce type sont en service en Afrique, dont 14 bénéficient du soutien de la JICA.

Lors du congrès du 21 juin, l'AUDA-NEPAD a lancé la troisième édition du guide de référence de l'OSBP. Ce guide opérationnel pour les OSBP, produit conjointement par la JICA et l'AUDA-NEPAD, est devenu une ressource inestimable pour la promotion du libre-échange en Afrique.

RFI

Mercredi 6 Juillet 2022 - 09:40


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter