Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Seydou Guèye fusille Anne Hidalgo: « Cette posture aux allures nostalgiques d’un néocolonialisme révolu… »

Les propos de Patrick Klugman, membre du Conseil de Paris et de Anne Hidalgo, maire de la capitale française à propos de l’arrestation et du jugement de Khalifa Sall n’enchantent pas les membres de l’Alliance pour la république (APR) qui le lui ont fait savoir dans un communiqué rendu public. En effet, de l’avis du porte-parole du parti présidentiel, Seydou Guèye, cette posture n’est rien d’autre qu’une ingérence dans les affaires intérieures du Sénégal.



Seydou Guèye fusille Anne Hidalgo: « Cette posture aux allures nostalgiques d’un néocolonialisme révolu… »
L’idée d’Anne Hidalgo de «créer un Observatoire international des maires en danger» n’aurait pas choqué l’APR si cette dernière n’avait pas cité le cas de Khalifa Sall pour motiver sa proposition. Mais, sitôt le nom du maire de Dakar prononcé, les caciques du parti présidentiel sénégalais ont l’idée sur les brancards, accusant l’édile de la ville de Paris d’ «à la souveraineté du Sénégal, de son peuple et de ses Institutions, notamment judiciaires».

M. Guèye de relever dans le document parvenu à PressAfrik.com que cette posture du maire de la capitale sénégalaise et de ses collaborateur est «une insulte au peuple sénégalais, à ses Institutions et à son administration », d’autant plus que lesdites institutions ont, à l’en croire, joué pleinement leur rôle dans cette affaire, en décelant «dans la gestion financière de la ville de Dakar un système de fausse facturation et des factures fictives ayant conduit à l’ouverture d’une information judiciaire».

Cette insulte ne touche pas seulement au pouvoir judiciaire fait remarquer le secrétaire général du gouvernement car, relève-t-il, il faut y associer l’Assemblée nationale qui a levé l’immunité parlementaire de Khalifa Sall.

Seydou Guèye de conclure : «Cette posture aux allures nostalgiques d’un néocolonialisme révolu ne saurait prospérer. Le Sénégal, pays indépendant et souverain ne saurait l’accepter. Pareilles gesticulations n’entraveront en rien le fonctionnement normal des institutions judicaires de notre pays».

Ousmane Demba Kane

Jeudi 14 Décembre 2017 - 16:47



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter