Suivez en DIRECT le 14e jour du procès Khalifa Sall et Cie

C'est l'heure des plaidoiries à la salle 4 du Palais de justice de Dakar. La défense et la partie civile vont convaincre le tribunal ou de l'innocence de leur client ou de la culpabilité du mis en cause. Pour ne rien ratez du déroulement du 14e jour du procès de Khalifa Sall et Cie, cliquez et actualisez au fil de la journée...



Suivez en DIRECT le 14e jour du procès Khalifa Sall et Cie

13h 05 : Le juge Malick Lamotte a suspendu l'audience du procès de Khalifa Sall et Cie jusqu'à jeudi 09 heures. Les avocats de l'Etat et ceux de la défense ont toute la journée du mercredi pour préparer leurs plaidoiries.

12 H 20 : Me Ndeye Fatou Touré interroge M. Ibrahima Touré 
Me Ndeye Fatou Touré: Est-ce que la ville de Dakar peut être considérée comme une collectivité territoriale ? 
Ibrahima Touré : Je considère que c’est une collectivité territoriale

 

Me Ndeye Fatou Touré : Est-ce que la ville de Dakar, qui reçoit des fonds de dotation, à le droit d’utiliser ces fonds à d’autres fins ?

Ibrahima Touré : Il ne peut pas l’utiliser


12h 03 : L'audience a repris

11h 45 : L'audience est suspendue pour 15 minutes

11H 09 : Khalifa Sall :
Khalifa a été appelé a nouveau à  la barre pour se prononcer sur des témoignages qui ont été faits sur sa personne, via des éléments sonores et  une vidéo qui a été projetée...Le tribunal a voulu savoir ce que cela lui inspire

 Khalifa Sall répond: « comme l'ont si bien évoqué les éléments sonores, que je n’ai pas créé la caisse d’avance de la mairie de Dakar. Ces fonds existaient, quand le maire qui était là sous Abdou Diouf, s’entendaient bien; quand Pape Diop était maire il s’entendait avec Abdoulaye Wade.  C’est moi qui ne s’entend pas avec le mien (le Président Macky Sall) ».

10H 35 : Khalifa Sall à la barre
Khalifa Sall: la question des fonds politiques avait été posée. Outre les faits, les références que nous avions posées avant et après l’indépendance, les fonds politiques existent toujours.

10h 25 : Me Sène interroge Ibrahima Touré : 
Me Sène : Est-ce que, ne serait-ce qu’à titre de mesure préventif, vu les accusations qui vous ont été faites, vous continuez à exercer votre fonction ?
Ibrahima Touré : je continue à exercer mes fonctions.
Me Sène interroge Mamadou Oumar Bocoum
Me Sène : Est ce que, ne se reste qu’a titre de mesure préventif, vu les accusations qui vous ont été fait, vous continué à exercer votre fonction ?
Mamadou Oumar Bocoum  : Il n y’a pas de mesure à ce niveau, je continue à exercer mes fonctions.
 

10H 11 : Me Cissé interroge Mamadou Oumar Bocoum 
Me Cissé : si dans votre compte de gestion vous reprenez les écritures de la caisse d’avance est-ce qu’on peut dire que tout ça est compact à la caisse de gestion ?

M. Bocoum : Tout ce qui a été dans la caisse de gestion est retracé dans la caisse d’avance. En fin d’année, le plus souvent, l’ensemble des opérations effectuées chez le maire sont retracées 

Me Cissé : Qu’est ce qui détermine à retracer ce que vous appelez votre propre caisse ?
M. Bocoum : C’est l’ordre donné au comptable de décaisser, de payer qui le détermine.


09h 33 : Avocat de la Partie Civil à Khalifa Sall : Ces fonds est-ce que ce sont des deniers qui appartiennent à l’Etat ou à la collectivité local ?
Khalifa Sall : Les ressources que l’Etat mises à la disposition de la ville, ce sont les ressources des collectivités locales.

L’avocat de la Partie civile interroge M Touré : Est-ce que quand l’Etat affecte des fonds à des collectivités  il peut les récupérer (après) ?
M. Touré : Je ne peux pas répondre à cette question.


AYOBA FAYE et IBRAHIMA MANSALY

Mardi 13 Février 2018 - 10:51




1.Posté par Sow le 13/02/2018 11:02
Merci toujours pour ce direct qui permet d'édifier les sénégalais

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter