Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Tchad: un journaliste maintenu en prison pour son travail



La Fédération Africaine des Journalistes (FAJ) a appelé les autorités de la République du Tchad à remettre en liberté le journaliste Juda Allahondoum, directeur de l’hebdomadaire Le Visionnaire arrêté le 17 octobre et emprisonné après une semaine de garde à vue pour avoir publié un article sur un trafic d’armes.
 
L’article ayant mentionné des membres du gouvernement et des personnes proches du pouvoir, on cherche à amener le journaliste à livrer ses sources, souligne la note parvenue à PressAfrik.com. "Ce n’est pas le rôle du gouvernement de forcer les journalistes à révéler leurs sources. Nous demandons la libération de Juda Allahondoum et de tous les journalistes emprisonnés au Tchad", y a dit Abdulwaheed Odusile, Président de la FAJ.
 
Selon les rapports des médias locaux, l’hebdomadaire Le visionnaire a publié dans sa parution du 11 octobre, un article sur une compagnie aérienne qui serait immatriculé au nom du Tchad et aurait transporté entre le Tchad et la Syrie des armes dans des zones interdites. L’article aurait lié cette affaire d’immatriculation à la liste noire du président Donald Trump, et mis en cause des responsables dont les photos ont illustré l’article.
Juda Allahondoum a été arrêté le 17 octobre et emprisonné après une semaine de garde à vue. Avant de fonder son propre journal Le visionnaire, il y a à peine un an, il était directeur de publication de l’hebdomadaire l’Union. Juda Allahondoum est aussi le président du patronat de la presse tchadienne (PPT), une organisation qui regroupe des organes de la presse écrite et en ligne.

La FAJ joint sa voix à l’Union des Journalistes du Tchad (UJT) pour demander la libération de Juda Allahondoum et appelle le Président Idriss Deby Itno et son gouvernement à permettre aux  journalistes de travailler librement dans le pays tel que indiqué par la Déclaration de principes sur liberté d’expression en Afrique de l’Union Africaine.


Mardi 7 Novembre 2017 - 17:32



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 22 Octobre 2018 - 16:08 Cameroun : Paul Biya réélu sans surprise