Togo: l’opposition manifeste à Lomé sans heurt

A l’appel de la coalition de l’opposition, des milliers de Togolais sont encore sortis ce mardi pour une série de manifestations. Si à Lomé, on a manifesté dans le calme pour réclamer le retour à la Constitution de 1992, les manifestations ont été très vite réprimées par les militaires à Sokodé.



A Sokodé, la manifestation n’a pas eu lieu tôt le matin. Comme sous un régime d’état de siège, les militaires déployés en grand nombre ont empêché tout rassemblement. Ils ont bastonné pour disperser, faisant des blessés, une dizaine au moins, qui a été conduite par les sapeurs-pompiers au centre hospitalier régional de la ville selon une organisation non gouvernementale locale.
 
A Lomé, ils étaient nombreux à battre une fois encore le pavé, avec le même mot d’ordre, le retour à la Constitution de 1992, un long cortège qui a traversé la ville et rejoint la plage plusieurs heures après.
 
Quelques intrus ont aussi été appréhendés par les manifestants, trois selon Jean Kissi du Comité d’action pour le renouveau. Ils portaient sur eux des cordelettes, des couteaux, des sabres et des ceintures de militaire, tous ont été remis aux forces de sécurité qui discrètement sécurisaient la manifestation jusqu’au point de chute à la plage.
 
C’est là que le chef de file de l’opposition s’est adressé à la foule. Abordant les dernières initiatives du gouvernement pour l’apaisement et une sortie de crise, il a dit oui au dialogue, mais il faut connaître les contours de ce dialogue, et appelé les militants à sortir plus nombreux ce mercredi sur toute l’étendue du territoire.

Rfi.fr

Mercredi 8 Novembre 2017 - 07:04



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter