Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Un chanteur nigérian condamné à mort pour blasphème dans l'État de Kano



Un chanteur nigérian condamné à mort pour blasphème dans l'État de Kano
Un musicien de l'État de Kano, dans le nord du Nigeria, a été condamné à mort par pendaison pour avoir blasphémé contre le prophète Mahomet.

Un tribunal supérieur de la charia dans la région de Hausawa Filin Hockey de l'état a déclaré que Yahaya Sharif-Aminu, 22 ans, était coupable de blasphème pour une chanson qu'il avait fait circuler via WhatsApp en mars.

M. Sharif-Aminu n'a pas nié les accusations.

Le juge Khadi Aliyu Muhammad Kani a déclaré qu'il pouvait faire appel du verdict.

Les États à majorité musulmane du nord du Nigeria utilisent à la fois la loi laïque et la charia, qui ne s'applique pas aux non-musulmans.

Une seule des condamnations à mort prononcées par les tribunaux de la charia nigérians a été exécutée depuis leur réintroduction en 1999.

Le chanteur, qui est actuellement en détention, s'était caché après avoir composé la chanson.

Des manifestants avaient brûlé la maison de sa famille et s'étaient rassemblés devant le siège de la police islamique, connue sous le nom de Hisbah, pour exiger que des mesures soient prises à son encontre.

Les critiques ont déclaré que la chanson était blasphématoire car elle faisait l'éloge d'un imam de la confrérie musulmane Tijaniya dans la mesure où elle l'élevait au-dessus du prophète Mahomet.

"Le jugement aura un effet dissuasif sur les autres"
Le chef des manifestants qui ont demandé l'arrestation du musicien en mars, Idris Ibrahim, a déclaré à la BBC que le jugement servira d'avertissement aux autres personnes "qui envisagent de suivre le chemin de Yahaya".

"Quand j'ai entendu parler du jugement, j'étais si heureux parce que cela montrait que notre protestation n'était pas vaine.

"Ce jugement servira de dissuasion à ceux qui pensent qu'ils peuvent insulter notre religion ou notre prophète et s'en tirer à bon compte", a-t-il déclaré.

Qui est Yahaya Sharif-Aminu ?
Peu de gens avaient entendu parler de lui avant son arrestation en mars.

Musicien de gospel islamique, il n'est pas connu dans le nord du Nigeria et ses chansons n'étaient pas populaires en dehors de sa secte Tjjaniya, qui compte de nombreux musiciens de ce type dans ses rangs.

Quelle est la fréquence des condamnations à mort dans les tribunaux de la charia ?
Plusieurs condamnations ont été prononcées, notamment à l'encontre de femmes reconnues coupables de relations sexuelles extraconjugales - des affaires qui ont suscité une large condamnation.

Mais une seule a été exécutée : un homme condamné pour le meurtre d'une femme et de ses deux enfants, qui a été pendu en 2002.

La dernière condamnation à mort prononcée par un tribunal nigérian de la charia remonte à 2016, lorsque Abdulazeez Inyass a été condamné à mort pour blasphème contre l'islam au cours d'un procès secret à Kano.

Il aurait déclaré que le Cheikh Ibrahim Niasse, le fondateur sénégalais de la secte Tijaniya, qui a de nombreux adeptes dans toute l'Afrique de l'Ouest, "était plus grand que le prophète Mahomet".

La sentence n'a pas été exécutée car la peine de mort au Nigeria nécessite l'approbation du gouverneur de l'Etat.

M. Inyass est toujours en détention.

Douze États du nord du Nigeria, à dominance musulmane, appliquent la charia, mais seuls les musulmans peuvent être jugés dans leurs tribunaux.

Le système de la charia, qui dispose également de sa propre cour d'appel, traite des affaires civiles et pénales impliquant des musulmans et ses jugements peuvent également être contestés devant les cours d'appel laïques du Nigeria et la Cour suprême.

Les juges de la charia, connus sous le nom d'alkali, sont formés à la fois dans les lois islamiques et laïques.

Si une affaire implique un musulman et un non-musulman, le non-musulman a la possibilité de choisir le lieu où il souhaite que l'affaire soit jugée. Le tribunal de la charia ne peut entendre l'affaire que si le non-musulman donne son consentement par écrit.

Les peines prononcées par les tribunaux comprennent la flagellation, l'amputation et la peine de mort.

BBC

Mardi 11 Août 2020 - 10:14



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter