Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



«Y’en a marre emprunte une nouvelle voie», (UDS/A)



De mouvement de contestation, y’en a marre se mue maladroitement en un mouvement politique.  Dans une de ses communications datant de 2011, le coordinateur nous avait fait part de l’objectif de ce mouvement naissant qui était d’ « encourager nos concitoyens à prendre conscience de leurs droits et demander à nos dirigeants de les respecter».
 
Le mouvement » Y’en a marre »  réclamait leur place dans la société civile sénégalaise.
Une organisation de la société civile n’a pas pour vocation de  s'identifier à un parti, une idéologie politique ou de conquérir le pouvoir, mais il a la noble mission de jouer un rôle d’alerte et d’avant gardiste au profit exclusif des citoyens. 

La société civile est également appelée à participer au processus électoral et sa présence sur le terrain se justifie par des soucis de transparences des opérations et une volonté de former et d'encadrer les populations sur les enjeux des élections.

Le reniement du mouvement y’en a marre donne raison à tous ceux qui les taxaient de politiciens encagoulés à la recherche de prébendes.

Autant je suis d’accord avec le rôle d’alerte que joue le mouvement y’en a marre, autant je marque mon désaccord quant à la constitution d’une liste « y’en a marre pour les législatives ».

C’est regrettable pour ces jeunes, avec qui nous sommes arrivés, tous ensemble, avec le peuple sénégalais, à mettre fin au régime du président Abdoulaye Wade.

Dans ma forte conviction, le rôle des jeunes y’en a maristes se devait d’etre un rôle d’alerte et d’éveil des consciences tant est qu’ils ont clamé urbi et orbi d’etre membre de la société civile.

Si le mouvement pense pouvoir bénéficier du vote des sénégalais, c’est méconnaitre ce peuple responsable et mature, imbu de valeurs et du discernement précoce de tout acte posé.
Nous aurons, à travers ses élections, l’ultime preuve palpable et tangible que le citoyen sénégalais n’attend point ce mouvement de jeunes rappeurs à l’assemblée nationale mais dans un rôle d’alerte.
Il demeure important de rappeler le caractère presque sacré d’une institution aussi importante que l’assemblée nationale, qui n’est pas « n’importe quoi pour accueillir n’importe qui ».
La victoire qualifiée de la coalition Benno Bok Yakaar sera une réalité au soir du 30 Juillet 2017.

Mme Adji Diarra Mergane Kanouté                
Présidente Union pour le Développement du Sénégal Authentique (UDS/A)


Mercredi 12 Avril 2017 - 15:00


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter