Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Aminata Mbengue Ndiaye interpelle Wade et ses collègues maires du Sénégal

L’état major politique socialiste s’est mobilisé pour sortir des griffes de la justice et du Parti démocratique sénégalais (PDS) leur responsable des jeunes et maire de la commune d’arrondissement de Mermoz-Sacré-cœur. La présidente des femmes du PS, par ailleurs de Louga (300km nord), Aminata Mbengue Ndiaye a interpellé le président de la République et ses collègues maires. «Les gens ne vont pas rester là pour qu’on les tue comme de vulgaires malfaiteurs parce que tout simplement ils sont partisans ou qu’ils sont d’un autre bord politique».



La présidente des femmes du PS, Aminata Mbengue Ndiaye
La présidente des femmes du PS, Aminata Mbengue Ndiaye
«Le chef de l’Etat devrait condamner l’attaque de la mairie de Sacré-cœur, la provocation ne passera pas. Je lance un appel aux autorités de notre pays en premier le président de la République. Cette sorte d’agression, cette violence doit cesser. Le président doit être sensibilisé sur les questions de violence électorale parce que c’est inadmissible que des gens restent chez eux où au niveau des institutions dont ils ont en charge et qu’on vienne les attaquer», a martelé Aminata Mbengue Ndiaye. Pour elle, «c’est certain qu’il (Abdoulaye Wade, NDLR) sait particulièrement lui-même que ce sont des gens du PDS qui sont venus attaquer la mairie de Barthélemy Dias et qui sont allés chez Abdoulaye Bathily. Je pense qu’il faut savoir raison gardée».

Le maire de Louga de déclarer que «les autorités doivent comprendre aujourd’hui que personne ne se laissera faire. Les gens ne vont pas rester là pour qu’on les tue comme de vulgaires malfaiteurs parce que tout simplement ils sont partisans ou qu’ils sont d’un autre bord». Elle interpelle ainsi ses collègues à travers les ondes de la RFM : «aujourd’hui tous les maires devraient normalement se lever pour dire au président d’arrêter».

La responsable des femmes socialiste a aussi plaidé pour la victime, Ndiaga Diouf. «Autant du côté des victimes parce que le jeune garçon également qui a été tué, il a été naïf, il a été eu parce que simplement, il a installé la paupérisation, la faim dans ce pays et même un petit 10000 peut permettre à quelqu’un de vivre deux à trois jours dans sa famille. S’il accepte d’aller faire de sales besognes».

Jean Louis DJIBA

Dimanche 25 Décembre 2011 - 10:56



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter