Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Assemblée nationale: L’ère des députés – passeurs. Par Seybani Sougou



​« Sous le magistère de Macky Sall, les députés de l’APR sont devenus des passeurs et des trafiquants de billets »

Assemblée nationale: L’ère des députés – passeurs. Par Seybani Sougou
 On croyait avoir touché le fond avec l’affaire BOUGAZELLI, du nom du député membre de l’APR, pris en flagrant délit le 14 novembre 2019, dans une vaste activité criminelle de trafic de faux billets, et de blanchiment de capitaux devant l’assemblée nationale. Placé sous mandat de dépôt le 22 novembre 2019, par le doyen des juges du tribunal de grande instance de Dakar pour association de malfaiteurs, contrefaçon de signes monétaires en cours légal au Sénégal, blanchiment de capitaux et tentative de corruption, d’agents publics assermentés (gendarmes) ; le député-malfrat qui devrait croupir en prison pour de nombreuses années et qui a bénéficié d’une liberté provisoire sur ordre de Macky Sall.

Celui qui a été libéré pour des « raisons médicales » affiche désormais une « forme olympique », continue de narguer les sénégalais, et s’épanche dans les médias, comme un perroquet. Alors que l’assemblée nationale sénégalaise est encore couverte par les souillures du minable et vulgaire trafiquant de billets, Bougazelli, l’affaire du trafic de faux passeports diplomatiques impliquant plusieurs députés passeurs de la mouvance présidentielle constitue une énorme déflagration et prouve que le pire est toujours possible sous le magistère de Macky SALL.

En 2021, au Sénégal des députés dans le rôle passeurs, organisent de faux mariages (mariages blancs) et alimentent les filières d’émigration clandestines. De fait, L’assemblée nationale sénégalais sous le magistère de Macky Sall est désormais devenue un haut lieu de deals, de trafics en tous genres, le repaire des malfrats. Nul ne sait le nombre de députés mêlés dans les trafics de papiers ou de faux billets, ni l’ampleur du phénomène qui dépasse largement les cas connus des 2 députés Mamadou SALL et Boubacar BIAYE, des bandits de grand chemin sans foi, ni loi.

Combien de femmes détentrices de faux passeports diplomatiques ont rejoint l’espace SCHENGEN ou les USA, grossissant le lot de clandestins dans ces pays ? L’affaire des faux passeports diplomatiques est un énorme scandale, une affaire d’état qui secoue le régime de Macky SALL. L’heure n’est plus aux tergiversations stériles ou aux tentatives d’explications totalement loufoques. Une procédure de levée de l’immunité parlementaire doit être enclenchée, immédiatement, et sans délai pour permettre que ces 2 malfrats soient cueillis, poursuivis, et placés sous mandat de dépôt, le temps que l’instruction détermine l’extraordinaire chaine de complicité dont ils ont pu bénéficier au niveau de l’administration et dans les hautes sphères de l’état. Car, dans cette affaire, c’est un véritable réseau, qui s’est mis en place : de la fabrication de fausses pièces d’état civil (faux certificats de mariage) à la production de faux passeports diplomatiques ; ce sont des dizaines de personnes qui sont concernés.

Disons-le sans détour : L’assemblée nationale sénégalaise est devenu un « vrai nid de crabes, un sac à merde, où prolifèrent des délinquants, trafiquants de billets, passeurs, fraudeurs et voleurs en tous genres ». Plus aucun journaliste au Sénégal ne devrait utiliser le terme « honorable » envers les députés de la mouvance présidentielle. Ces énergumènes ne méritent ni respect, ni considération. Ils méritent le vocable de « salauds de la République ». Un audit complet de tous les passeports diplomatiques en circulation doit être réalisé.

Les députés de l’opposition doivent exiger la mise sur pied d’une commission d’enquête parlementaire, sur ces pratiques mafieuses d’une extrême gravité : la liste de tous les députés impliqués doit être publiée. Nous dénonçons fermement le mutisme du Président de l’assemblée nationale, Moustapha Niasse qui traduit une lâcheté innommable et une complicité passive de ces actes criminels. Ne nous y trompons pas : le passeport diplomatique sénégalais ne vaut plus un kopeck.

Nous le disons clairement : si d’ici 1 mois, des mesures ne sont pas prises (audit complet de tous les détenteurs de passeports diplomatiques pour déterminer le nombre en circulation et les bénéficiaires de droit) et si les députés incriminés ne sont pas poursuivis, et placés sous mandat de dépôt, nous saisirons le quai d’Orsay, les autorités françaises et le Département d’état américain, pour les informer qu’au Sénégal, il y a certains députés passeurs qui alimentent les réseaux d’immigration clandestine et qui sont couverts par l’état sénégalais.

Tout détenteur d’un passeport diplomatique sénégalais sera considéré comme un potentiel faussaire et sera humilié et traité comme tel lors des passages aéroportuaires. Qu’il soit député ou pas. L’Etat sénégalais et les détenteurs de vrais passeports diplomatiques ont tout intérêt à nettoyer les écuries d’AUGIAS et à élucider ce scandale d’état ; car cette affaire aura une résonance internationale (aucun pays occidental (Etats Unis, France, Royaume Uni, etc.. ne peut accepter que le passeport diplomatique devienne un moyen d’émigration illégale sur son territoire).

Que Macky SALL et le Président de l’assemblée nationale prennent leurs responsabilités : livrer les députés faussaires ou courir le risque d’être perçus comme les complices de députés-passeurs, avec comme conséquence que tout détenteur de passeport diplomatique sénégalais soit considéré et traité comme un vulgaire faussaire et un potentiel immigré clandestin. Au Sénégal, la République est à terre : c’est l’ère des députés-passeurs. Un régime de mafieux.

Seybani SOUGOU
 E-mail : sougouparis@yahoo.fr 

AYOBA FAYE

Mercredi 22 Septembre 2021 - 09:50


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter