Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Le M2D exige la vérité sur les crimes et exactions pendant les manifestations



Le Mouvement pour la défense et la Démocratie (M2D) à travers une déclaration exige l'audit du fichier électoral et demande la libération des 22 otages politiques détenus à Diourbel. Le collectif des partis d'opposition et des organisations contestataires de la société civile veut que la lumière soit faite sur les crimes et exactions perpétrés pendant les manifestations. 

 

Le Mouvement pour la défense et de la Démocratie a noté avec désolation les propos irresponsables de certains membres de la majorité.


"Il apparaît de leurs discours irresponsables du week-end dernier, que les partisans du Président Macky Sall n'ont aucune révérence envers le Khalife. Et soit ils considèrent l'appel à l'apaisement lancé par leur chef le 08 mars 2021 comme de l'hypocrisie ou alors, ils ne lui vouent plus aucun respect dès lors qu'ils s'en détachent avec défiance", a soutenu le M2D.  

 

"Maintenant sortis de leurs terriers où ils s'étaient réfugiés pendant que le peuple manifestait sa colère, ils peuvent jouer les va-t'en guerre. Mais, à un peuple déterminé à résister et à freiner les velléités dictatoriales, on n'oppose pas une condescendance et une vaine tentative de division sur fond de clivages ethniques, religieux ou régionalistes. Le Sénégal restera uni dans la diversité et le cousinage à plaisanterie qui irrigue notre nation du Nord au Sud et d'Est en Ouest", poursuit le collectif des partis d'opposition et des organisations contestataires de la société civile. 

 

En ce qui concerne le traitement des dix exigences contenues dans le mémorandum remis aux émissaires du Khalife Serigne Mountakha Mbacké. Le M2D note, avec regret, "le choix de Macky Sall de persister dans sa fuite en avant et sa gestion unipersonnelle du processus électorale". 


En effet en décidant unilatéralement d'organiser d'organiser les élections locales en février 2022, au sommet où le M2D a formulé "des exigences claires pour la tenue de ces élections en 2021, et que des échanges devraient se faire sous le contrôle du Khalife Serigne Mountakha, Macky Sall montre encore une fois qu'il n'en fait qu'à sa tête et veut jouer à la ruse", a fait savoir le M2D. 

 

Le M2D rejette fermement toute manœuvre consistant à amener ces élections à l'année prochaine et invite les acteurs impliqués dans le processus électoral, à mener l'audit du fichier et l'évaluation du processus de manière à tenir l'élection en 2021. 

 

Poursuivant, le M2D se réjouit de ce que notre peuple garde encore la force, la lucidité et l'honneur de rejeter ces démons de la division et de rester debout et déterminé à se battre pour préserver les valeurs que nous ont léguées les fondateurs de notre nation. Des valeurs ancrées dans des socles identitaires et religieux qui permettent à notre cher Sénégal d'être capable de surmonter les soubresauts qui jalonnent sa marche irréversible vers sa libération. 

 

Le M2D exige la vérité sur les crimes et exactions

 

Le M2D a mobilisé une commission judiciaire dans la perspective d'amener l'Etat à diligenter les enquêtes relatives à la mise en scène active de nervis recrutés par le parti au pouvoir. 

 

Le M2D prend acte de la libération en cours de certains détenus politiques à Dakar et Ziguinchor et informe cependant "l'opinion publique nationale et internationale qu'à Diourbel le juge Mbow refuse de libérer les 22 otages politiques, faisant valoir des états d'âme relatifs au fait que les jeunes auraient saccagé le tribunal. Ce juge se rend ainsi coupable d'obstruction et sera tenu responsable de toutes réactions qui pourraient découler de son attitude".

"Le M2D ne fera aucun compromis sur la libération des jeunes arbitrairement détenus", a-t-il ajouté. 

 

Le M2D renouvelle sa confiance aux guides religieux. "Nos guides religieux, toutes religions confondues, fidèles à leur vocation si précieuse de régulateurs de la paix sociale et de promoteurs de la cohésion des cœurs, ont prié dans le silence béni de leur retraite spirituelle. Ils ont assuré leur rôle et pris leur bâton d'infatigables pèlerins pour prêcher la paix. Nous leur renouvelons notre reconnaissance révérencieuse pour tous les efforts déployés", a formulé le collectif des partis d'opposition et des organisations contestataires de la société civile.


Moussa NDONGO (Stagiaire)

Vendredi 26 Mars 2021 - 20:10


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter