PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)




Législatives 2017 : des électeurs partagés sur l'issue du vote

A moins d’une semaine du scrutin, PressAfrik a tendu son micro à des citoyens. Interrogés, beaucoup d’entre eux soutiennent qu’ils suivent le temps d'antenne des candidats même s'ils sont « déçus » par rapport aux discours qui n’ont, selon eux, « aucun intérêt pour le peuple». Faisant leurs pronostics, certains annoncent la victoire de l’opposition aux législatives du 30 juillet 2017. «Wattù Senegal de Wade et Manko Taxawu Senegaal de Khalifa Sall se disputeront la première et la deuxième place », lancent-ils en positionnant la coalition au pouvoir, Benno Bokk Yakar (BBY) à la troisième place. Pour d’autres, par contre, « BBY sera largement vainqueur devant Wattu et Manko ».



Législatives 2017 : des électeurs partagés sur l'issue du vote
L’ambiance au rendez-vous au Jet d’eau, ce lundi matin, vendeurs de portables, de crédits, de fruits, laveurs de voitures, mécaniciens,… vaquaient à leurs occupations. Mais, difficile de trouver un interlocuteur. Car certaines personnes rencontrées, «n’ont pas de temps à perdre à parler des affaires des politiciens ». «Rien à dire» pour d’autres qui « préfèrent attendre le jour du vote pour s’exprimer avec leur carte d’électeur».

Ce qui n’est pas le cas de Mar Seck rencontré en allant vers la police de Dieuppeul. La soixantaine, l’homme discutait politique à l’ombre d’un arbre. Connu sous le surnom de « Consultant », il a l’air heureux de répondre aux questions. «Effectivement, je suis les temps d’antenne des candidats aux élections législatives prochaines mais malheureusement, il y a une très grande tendance par rapport aux partis politiques. Ils s’exposent comme ils veulent en ne tenant pas compte de la dignité des Sénégalais et à leur honneur», dit-il.

L’habitant de Ouagou Niayes ajoute que «les politiques sénégalais en général ne gèrent pas le peuple, ils s’autogèrent eux-mêmes. Si on est président d’un pays par exemple, on doit s’occuper des problèmes du peuple et quand on est député aussi, une fois à l’Assemblée, ce n’est pas pour parler des problèmes de partis mais du pays».

Du fait de son emprisonnement, « Khalifa Sall peut se démarquer », avance Mar Seck. Selon ces propres termes, le maire de Dakar et tête de liste de la Coalition « Manko Taxawu Senegaal » (MTS) « a été malmené psychologiquement et physiquement car il ne peut pas utiliser les mêmes moyens que (ces concurrents) ». « Wade et la coalition gagnante « Wattù Senegaal » peuvent aussi sortir du lot », pronostique-t-il.
 
En tenue sombre, bonnet et lunettes bien en place, Abdoulaye Niass Sow observe, quant à lui, un changement. «J’ai remarqué de grands changements dans le discours des candidats de l’opposition. Dans les temps d’antennes qui leur sont accordés, ces derniers tiennent une plaidoirie qui montre qu’ils ont l’ambition de changer cette Assemblée nationale, qui était comme une armée mexicaine, où on voyait du n’importe quoi, comme un marché», soutient le mécanicien.

Pour le jeune homme de 35 ans, «Wattù Senegaal sera largement devant les autres coalitions et partis politiques. Le peuple a regretté le départ de Wade. A part cette coalition, Khalifa Sall peut bien gagner Dakar parce que la masse dormante (ceux qui restent chez eux) est avec lui. Et, Benno Bokk Yakaar de Macky Sall se classera troisième ».

Yoro Daw qui œuvre dans les BTP (Bâtiment et Travaux publics) est d’avis que les candidats font leur spectacle.  «Je vois que chaque candidat est en train de faire son show comme il le sent et nous aussi, en tant que citoyen, nous savons que le Sénégal nous appartient. Ce que nous souhaitons, c’est qu’ils fassent leur campagne en toute quiétude», prône-t-il. Avant de donner son avis quant à l’issue du scrutin de dimanche prochain : «Probablement, BBY va gagner, suivie de la coalition gagnante « Wattù Senegaal » de Me Abdoulaye Wade ». Toutefois, le jeune entrepreneur voit aussi «le Parti de l’Unité et du Rassemblement (PUR) ou le Parti de la Vérité pour le Développement (P.V.D) obtenir des députés.

La trentaine, ce père de famille qui requiert l’anonymat, n’est pas convaincu. «Je suis les temps d’antenne mais ce qui me dérange dans tout ça, c’est que le message ne passe pas. Chacun (les candidats) dit ce qui l’intéresse mais ils ne sont pas trop convaincants. Je pense que chacun d’entre eux, roule pour sa propre tête, ils ne s’occupent pas des intérêts des populations. De toute façon, la campagne n’est pas fameuse avec toutes ces violences, les pertes en vies humaines, la plupart des Sénégalais comme moi, sont dégoutés. Mais je pense que ce n’est pas trop tard pour rectifier le tir. Mais tout dépend de leur volonté», sert-il.

Trouvé devant le bureau des passeports, notre interlocuteur habillé en pantalon kaki assorti d’un body de couleur blanche, souligne que «les candidats indépendants lui conviennent le mieux ». «C’est dommage de le dire mais la liste de BBY risque de passer», relève le natif de Rufisque.

 

Aminata Diouf

Lundi 24 Juillet 2017 - 19:27




1.Posté par Ndiaye le 25/07/2017 09:16
Moi je connais deux personnes qui ont perdu leur récépissé
J'attends l'un deux crier dans les médias que j'ai pas reçu ma carte
Il faut se méfier de certains de nos compatriotes
Quand perd sa carte sans entamer la procédure d'obtenir un récépissé
Non il ça crier

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter