Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Les enseignant du "SEPT" assiègent l'IA de Thiès et accuse le ministre Dame Diop de privilégier la politique au détriment de l'enseignement

L’Inspection d’académie (IA) de Thiès a été assiégée, ce mercredi 4 mars 2020, par quelques 800 enseignants membres du Syndicat de l’enseignement professionnel et technique (Sept) de la région. Les manifestants qui, en pleine campagne, entament leur 6e plan d’actions, ont hurlé leur désespoir pour s’indigner du non-respect des accords signés depuis 2014 avec l’Etat.



Les enseignant du "SEPT" assiègent l'IA de Thiès et accuse le ministre Dame Diop de privilégier la politique au détriment de l'enseignement
 C’est le non-respect des accords signés depuis 2014 avec l’Etat qui a mis hors de leurs gonds les enseignants membres du Syndicat de l’enseignement professionnel et technique (Sept). Ils ont choisi de « mettre en quarantaine » leur ministre de tutelle, M. Dame Diop, pour interpeller directement le chef de l’Etat. Ils déplorent les « agissements politiques » du ministre de l’Emploi, de la Formation professionnelle et de l’Artisanat, lequel, disent-il, « préfère aller s’occuper de la chose politique dans son Baol au détriment des problèmes de son secteur ».

Le Secrétaire régional du Sept, Malick Diop, de souligner : « M. Dame Diop, au lieu de se soucier des problèmes de l’enseignement technique et de la formation professionnelle dont les acteurs déroulent aujourd’hui leur 6e plan d’actions, démarré depuis novembre, il privilégie le terrain politique avec des tournées à n’en plus finir ». C’est, dit-il, « ce qui est à l’origine de cette manifestation de colère au niveau du syndicat, pour dénoncer son attitude face à nos revendications, relatives aux passerelles parce qu’on n’avance pas dans notre secteur ».
Aussi, « nous n’avons pas fait des formations diplomantes dans certaines filières comme la santé hygiène. Également il y a une absence de dispositif de formation, le non payement des examens, concours et des déplacements, et l’inexistence de matériel adéquat ». Le syndicaliste remarque que « nous sommes les parents pauvres du système d’enseignement alors que la formation professionnelle est le levier du développement. Pour preuve, on a réduit notre budget ».

Dans l’attente de « plus de considération », le Sept réclame le respect des accords signés depuis 2014 avec l’Etat du Sénégal. Ce d’autant que, note le Secrétaire régional, Malick Diop, « nous avons des problèmes de validation, d’avancement et d’intégration. Pis, c’est seulement au niveau de la formation professionnelle que les enseignants n’ont pas encore perçu leurs indemnités d’examens, de concours et de déplacements. Mais également c’est seulement au niveau de notre secteur que vous voyez des enseignants totaliser 15 années de carrière sans avancer et sans bénéficier de formations diplomantes ». Il ajoute à cela « un manque criard de dispositif de formation ». Et de fustiger que « pendant ce temps, on vante le Sénégal émergent dont l’un des piliers est la formation professionnelle, alors qu’à Thiès, nous travaillons au niveau du Centre national d’appui à la formation professionnelle (Cnafp), dans des locaux très délabrés et dans des abris provisoires. Ce centre n’est ni adapté ni adéquat au dispositif de formation ».

Le Syndicat de l’enseignement professionnel et technique, qui dit privilégier pour l’heure « le dialogue et la concertation » a annoncé son 7e plan d’actions qui, selon ses membres, sera « très dur parce que nous sommes debout et prêts à utiliser toutes nos batteries pour redorer le blason de l’enseignement technique et de la formation professionnelle. Dans ce cadre, nous n’excluons pas de boycotter les examens professionnels parce que nous avons rencontré le Drh et l’attaché de cabinet du ministère sans qu’aucune solution ne soit trouvée à nos revendications ». Surtout les enseignants s’offusquent du fait que « le point nodal du secteur, le ministre Dame Diop, n’ait posé aucun acte concret pour régler les problèmes de son secteur ».

Le Témoin

AYOBA FAYE

Jeudi 5 Mars 2020 - 12:04


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter