Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



RAPPORT 2017-2018: Antou Guèye Samba n’a pas été épinglé par l’OFNAC (Droit de réponse)

C’est Baba Diallo, l’actuel Dg de l’ASER, qui a commis la faute de gestion constituée selon l’OFNAC
par les 3 milliards 228 millions versés à Myna Productions



RAPPORT 2017-2018: Antou Guèye Samba n’a pas été épinglé par l’OFNAC (Droit de réponse)
A la suite de l'article du journal "Le Témoin" intitulé « L’OFNAC épingle Antou Guèye Samba, Socé Diop Dione et Aliou Sall », l’ancien directeur général de l’ASER, Antou Guèye Samba, usant de on droit de réponse, réfute avoir été épinglé par l’OFNAC sur l’avance de paiement de trois milliards deux cent vingt-huit millions cinq quarante-quatre mille cinq cent soixante-huit francs (3.228. 544. 568 FCFA) faite à Myna Productions du sulfureux Pape Aly Guèye.

A l’en croire, durant la période du paiement de cette somme, précisément le 15 décembre 2016, il avait déjà quitté son poste depuis le 08 juin 2016. Le paiement irrégulier de ces plus de trois milliards de francs a donc été fait par l’actuel DG Baba Diallo. Lequel s’est étonnement emmuré dans un profond silence depuis que la presse fait ses choux gras des rapports 2017 et 2018 de l’OFNAC. La faute de gestion indiquée par l’OFNAC est donc à imputer à Baba Diallo qui a préféré faire le dos rond pour laisser la clameur poursuivre Antou Guèye Samba. Nous reproduisons in extenso le droit de réponse des avocats de l’ancien Dg de l’ASER auquel nous présentons au passage toutes nos excuses…

DROIT DE RéPONSE
A la page Une de votre édition N°1267 parue le 04 mars 2020, vous avez titré « L’OFNAC épingle Antou Guèye Samba… » Développant l’article à la page 6, vous avez indiqué que « le Directeur général de l’ASER a violé les dispositions de la clause 15.1 du cahier des clauses administratives et générales (CCAG), relative à la méthode et aux conditions de règlement du titulaire du marché en ordonnant le paiement d’une tranche d’avance de trois milliards deux cent vingt-huit millions cinq quarante-quatre mille cinq cent soixante-huit francs (3.228. 544. 568 FCFA) en date du 15 décembre 2016, dépassant le plafond de 40% d’avancé autorisé sur le montant initial du marché ».

Notre mandant conteste cette relation des faits et tient à apporter une précision de nature à enlever tout discrédit ou équivoque que votre article pourrait indure à l’égard de vos lecteurs. En effet, ayant quitté ses fonctions de Directeur général de l’ASER le 08 juin 2016, il est manifeste qu’il n’a pas pu être ordonnateur d’un quelconque paiement intervenu le 15 décembre 2016, soit six mois plus tard. Notre mandant a la faiblesse de croire qu’il s’agit d’une simple erreur de votre part et souhaiterait, usant de son droit de réponse, voir insérer cette précision pour que nul n’en ignore. Comptant sur votre habituel sens de la responsabilité, nous vous prions de croire, en l’expression de notre parfaite considération.

LA SCPA WANE & FALL Avocats à la Cour

AYOBA FAYE

Mardi 10 Mars 2020 - 10:46


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter